Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 10:01
Marche Mondiale des Femmes

Le programme de la Marche Mondiale des Femmes qui se tiendra à Tours les mardi et mercredi 2 & 3 juin

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Elles
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 09:39
Les syndicats de l’hôpital de Saint-Denis veulent saisir le défenseur des droits

La coupe est pleine au service pédiatrie de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis. Le personnel était en grève ce mardi, pour la première fois. Deux cents personnes se sont ralliées à l’appel des syndicats, CGT CFDT et SUD.

Pour Stéphane Degli’Innocenti, délégué SUD, beaucoup d’indicateurs sont au rouge et les moyens humains et financiers ne suivent pas. Il cite la mortalité infantile « plus élevée que la moyenne régionale. Or sur le terrain, les moyens ne sont pas à la hauteur ».

Département défavorisé, la Seine-Saint-Denis et notamment Delafontaine accueillent toujours plus de patients précaires. « Ils représentent un tiers des séjours hospitaliers, poursuit-il, alors que l’enveloppe réservée aux situations précaires est gelée depuis 2010 et la dotation attribuée à la pédopsychiatrie est loin de couvrir les besoins de notre territoire ».

Face à cela, ils mettent en évidence la progression des admissions + 7 % et le boom des naissances sur trois ans, de + 30 %. Après le mouvement de grève ils ont décidé de programmer d’autres actions. La plus symbolique sera certainement la saisine du défenseur des droits et le dépôt symbolique d’un recours pour discrimination territoriale, le mois prochain.

A l’AP-HP, les syndicats boycottent les réunions sur les 35 heures

Pour mener à bien la renégociation des 35 heures, Martin Hirsch, le patron de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), va devoir engager un bras de fer avec les syndicats. Une semaine après l’annonce de son projet de réforme et à dix jours d’une grève riposte, le cycle de réunions qu’il a entrepris cette semaine avec les représentants du personnel pour dresser un « état des lieux » risque d’être abrégé. CFDT, CGT, FO et SUD-Santé : tous ont décidé de boycotter les rencontres. « Quand nous avons eu connaissance de son calendrier, nous avons fait savoir à Martin Hirsch qu’il n’était pas question d’accepter de négocier dans des conditions imposées », explique SUD-Santé. L’organisation assure aussi avoir « depuis belle lurette procédé à l’état des lieux, avec les salariés, de la dégradation de nos conditions de travail ».

Source: leparisien.fr

Repost 0
Published by sud-chu-caen
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 09:19

À la suite de l’adoption par les députés d’un amendement au projet de loi de santé visant à supprimer l’Ordre national des infirmiers, son président Didier Borniche s’est assuré du soutien de Matignon, de l’Élysée et de 25 organisations professionnelles du monde de la santé (en majorité infirmière) afin de rétablir cette instance dans le texte de loi lors du débat au Sénat.

« Le gouvernement souhaite le rétablissement juridique de l’Ordre », a ainsi assuré le chef de cabinet de Manuel Valls dans une lettre adressée au Conseil international des infirmiers (dont la France est membre) et datée du 6 mai, que s’est procurée le « Quotidien ». Marisol Touraine « veillera à ce que cette position soit entendue dans la suite de la discussion parlementaire », insiste Matignon.

Bon sens

Dans une autre lettre adressée le même jour à la même instance, le chef de cabinet de François Hollande précise que l’amendement voté dans la nuit du 9 au 10 avril avait reçu un avis défavorable du gouvernement. « Marisol Touraine a réaffirmé son soutien à l’Ordre national des infirmiers en saluant notamment le travail d’apaisement accompli par la nouvelle équipe », lit-on.

« J’ai bon espoir que le bon sens l’emportera et que le Sénat réinscrira dans le projet de loi de santé le rétablissement de l’Ordre infirmier », veut croire Didier Borniche après avoir cité ces deux courriers devant la presse ce mardi, en présence de 25 organisations réunies aux côtés de l’Ordre infirmier pour la Journée internationale de l’infirmière.

Prudence de Marisol Touraine

Voté par 19 voix contre 10, l’amendement de suppression défendu par la députée apparentée socialiste Annie Le Houerou (Côtes-d’Armor) avait reçu le soutien du groupe communiste et écologiste. Marisol Touraine s’était prudemment prononcé contre. À plusieurs reprises pourtant, la ministre de la Santé a fait preuve de scepticisme sur la légitimité de l’adhésion obligatoire à cet ordre professionnel mis en place sous le précédent gouvernement.

Selon ses chiffres, l’Ordre national des infirmiers recense 170 000 inscrits (sur 600 000 infirmiers en exercice), 1 200 élus de terrain et salarie 70 collaborateurs.

Source:lequotidiendumedecin

Repost 0
Published by sud-chu-caen
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 09:10

Je demande l'arrêt, sans sanction, des procédures disciplinaires engagées contre ces deux soignantes ; j'exprime mon refus inconditionnel de toute forme de discrimination au sein de l'entreprise Korian-Medica ; et j'exprime le souhait que des dysfonctionnements, des souffrances et des difficultés professionnelles au travail puissent être communiquées librement.

Résumé de la situation : le 7 mai 2015, peu de temps aprés que de nombreux salarié-e-s du Champ de Mars se soient mis en gréve pour revendiquer notament des pratiques manageriales assainies, deux de ces salariées ont fait l'objet de procédures discpliniaires (dont une avec mise à pied conservatoire) juste aprés avoir fait remonter des problémes manageriaux pour l'une et de santé pour l'autre qui est travailleuse handicapée.

Pour envoyer ce formulaire, remplissez-le dans Google Forms

Repost 0
Published by sud-chu-caen
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 08:56

Bonjour à toutes et tous,

Sur la région ile de France, L'hôpital Ste-Anne, l'hôpital de Maison-Blanche, l'hôpital de Perray-Vaucluse, les Hôpitaux de Saint-Maurice (anciennement l'hôpital Esquirol) et l'Association en Santé Mentale du 13ème (ASM13), ont en charge l'ensemble du territoire parisien pour la psychiatrie adulte et la pédopsychiatrie.

L'ARS nous a imposé une Communauté Hospitalière de Territoire (qui préfigure les GHT qui s'imposeront partout avec la loi Touraine).

En clair les tutelles sont en train de fusionner et de démanteler ces 5 structures. C'est environ 8000 agents qui sont en train d'être regroupés dans une usine de soins psychiatriques. Les conséquences sont catastrophiques pour les usagers et les salariés :

- destruction de la politique de secteur en psychiatrie au profit du territoire

- fermetures par fusion de nombreux services techniques, administratifs, logistiques ou de soins

- licenciement de tous les agents non titulaires et mobilité forcée des titulaires sur l'ensemble du territoire

- délocalisation des services d'hospitalisation sur paris avec diminution du nombre de lit

- revente des bâtiments des sites hospitaliers d'origines une fois vidés

- fusion des structures extra-hospitalières, avec un CMP pour 200 000 habitants (actuellement un CMP c'est 70 000 habitants)

- conditions de travail fortement dégradées, dans des immeubles inadaptés sans espaces extérieurs, ni parcs ou jardin, et disparition des services complémentaires comme les services d'esthétiques et de coiffure, les cafétérias ou les services des sports...

- capacité d'hospitalisation insuffisante, entraînant des conditions d'accueil dégradées, des sorties prématurées...

- afflux de patients trop important pour un nombre de lit et de soignants très réduit...

- harmonisation des pratiques avec mise en place de protocole par pathologie afin à terme d'instaurer la T2A

- suppression des acquis sociaux, et mise en place des mêmes mesures que celles annoncées pour l'APHP

Etc...

Les Sections SUD des 4 hôpitaux Ste Anne/maison-banche/Perray-Vaucluse/ les HSM, ont lancé un mouvement contre le démantèlement et la fusion de leurs hôpitaux.

La CGT s'est ralliée à notre initiative.

L'information massive aux salariés des 4 hôpitaux dans la lutte est en cours. Des AG ont été programmées dans chaque hôpital, une première AG à eu lieu le 7 mai pour l'hôpital de Perray -Vaucluse, l'unité la plus large à été demandée par les salariés, ainsi que l'accélération du mouvement pour faire des actions efficaces.

Nous avons besoin de soutien car ce qui nous arrive est monstrueux et n'est que l'exemple de ce qui va se passer pour tous les hôpitaux publics. Aussi, nous souhaiterions que des représentants fédéraux soient sur le dossier pour nous aider à organiser le mouvement, le relayer, et nous apporter un soutien matériel et humain.

Les sections SUD Santé-Sociaux des 4 hôpitaux.

 La psychiatrie Parisienne en danger !
 La psychiatrie Parisienne en danger !
Repost 0
Published by sud-chu-caen
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 15:45
La mobilisation sur les RTT commence dans les hôpitaux AP-HP du Val-de-Marne

Alors que près de 15 000 agents travaillent dans des hôpitaux de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), la renégociation de l’organisation horaire des agents et de leurs jours de RTT est suivie comme du lait sur le feu par les syndicats et les personnels sur le terrain.

Pour rappel du contexte, le directeur de l’AP-HP, Martin Hirsch, souhaite réformer le protocole d’organisation du temps de travail qui date de 2002, faisant valoir à la fois une évolution du fonctionnement des hôpitaux.

Plus d’ambulatoire

« Nous réalisons une part croissante des opérations chirurgicales en ambulatoire ; nous réalisons davantage d’hospitalisation de jour ; nous disposons de plateaux techniques renforcés« , cite notamment le directeur général de l’institution dans son message aux agents adressé le 6 mai dernier. « Nos organisations du travail ont été calées il y a quinze ans voire plus ; elles sont parfois décalées. Il est donc souhaitable de pouvoir tenir compte de ces nouvelles formes de prise en charge des malades, à travers l’organisation du temps de travail des agents qui se succèdent au lit du malade comme plus globalement dans l’ensemble de l’hôpital. » Pour le directeur, la réorganisation horaire doit aussi permettre d’améliorer les conditions de travail concernant notamment la régularité et la stabilité des plannings, le renforcement de l’encadrement de proximité et la réduction des « faisant fonction », l’accès à la formation, le renforcement de la médecine du travail ou encore le redimensionnement des équipes de suppléance.

Trouver 20 millions d’euros par an

L’autre raison est économique. « Quand la croissance de l’objectif national de dépenses d’assurance maladie (ONDAM) ralentit, il y a une tentation de prendre le chemin le plus direct pour respecter cet objectif : réduire les effectifs. A l’AP-HP, cela signifierait, sur 5 ans, supprimer environ 4 000 emplois. Ce n’est pas mon choix, ce n’est pas le choix que je vous propose. Modifier les organisations du travail, c’est un levier pour éviter les suppressions d’emploi, tout en tenant nos engagements« , pose ainsi Martin Hirsch. Au niveau national, l’Etat vise une économie sur le budget des hôpitaux de l’ordre de 3 milliards d’euros d’ici à 2018, qui ne passe pas seulement par les ressources humaines mais aussi l’optimisation des achats.

Ni 7h36, ni 12h, ni 7h…

Pour mener ce chantier, Martin Hirsch a proposé 6 réunions jusqu’au 28 mai avant une période de négociation jusqu’au 18 juin. Une période sans doute un peu courte au regard de l’aspect champ de mines d’un tel dossier. A titre de comparaison, au sein du groupe hospitalier de psychiatrie Paul Guiraud de Villejuif, la proposition de passer de 8h à 7h36, présentée en mai 2014, avait finalement été mise en oeuvre le 1er novembre 2014 après des mois de grève et de crise sociale et la démission au passage du directeur de l’établissement. Pour démarrer, le directeur n’a toutefois pas fait état d’un schéma prédéterminé du temps de travail, assurant à ses agents ne pas avoir de solution toute faite. « Nous n’avons pas le résultat avant d’avoir négocié. Nous n’avons pas un schéma secret que nous voudrions imposer« , insiste le patron de l’AP-HP tout en indiquant que maintenir la majorité des agents en 7h36 et de très nombreux agents en 7h50 ne permet pas de répondre aux enjeux d’organisation et de maîtrise du budget et en écartant la généralisation des 12 h ou des 7 h. Actuellement, 66% des agents travaillent 7h36 ou 7h50 par jour, d’autres entre 10h et 12h et les cadres sont au forfait, contre 20 à 24 jours de RTT en récupération.

Une « régression sociale » inacceptable pour les syndicats

Face à ces premières annonces, deux intersyndicales se sont organisées pour protester, composée pour l’une des syndicats CFTC, CFE-CGC, UNSA et SMPS et pour l’autre des organisations CGT, SUD et FO. Les syndicats dénoncent une régression sociale, rappelant que le point d’indice des agents de l’AP-HP est déjà gelé depuis 2010 et dénoncent un calendrier à marche forcée. CGT, FO et SUD calculent également que « c’est la non embauche des 5000 personnels nécessaires pour compenser la RTT et le manque organisé de personnels qui créent la situation de tension dans les services« . Une journée de grève est prévue le jeudi 21 mai avec un rassemblement devant le siège parisien de l’AP-HP.

Les AG se multiplient au niveau local

Si les négociations sont menées de manière centralisée, la contestation s’organise au niveau local. Dans les six hôpitaux de l’AP-HP du Val-de-Marne (Émile Roux à Limeil-Brévannes, Albert Chenevier et Henri Mondor, à Créteil, Charles Foix, à Ivry-sur-Seine, Paul Brousse, à Villejuif et l’hôpital du Kremlin-Bicêtre), des assemblées générales se tiennent tout au long de la semaine pour déterminer quelles réponses locales apporter à cette mobilisation générale. « Dans certains services, la continuité des soins est indispensable, or, si on passe tous en 7h, il n’y aura plus de transmission entre deux équipes de soignants« , explique une déléguée syndicale Sud Santé à Mondor. « Les temps de transmission, qui durent au minimum 30 minutes, existeront toujours, même si les équipes ne se chevauchent plus, estime Dominique Zezima, secrétaire général adjoint de la CGT à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre. Les soignants seront donc obligés de rester pour assurer ses transmissions, et il faudra bien trouver un moyen de leur faire récupérer. »

« L’organisation actuelle, basée sur la récupération de RTT, permet notamment de limiter les temps de transports, les frais de transports, de garde pour enfants… Tout est lié! » explique Patrick Cavalier, délégué CGT à l’hôpital Émile Roux de Limeil-Brévannes. « Près de 40% des agents du Kremlin-Bicêtre habitent en Seine-et-Marne, parfois à plus d’une heure de route« , renchérit Dominique Zezima. Même situation à Mondor où les agents viennent du 94, du 77 ou encore du 91. Des facteurs qui vont « renforcer la fatigue, l’usure et l’absentéisme« , s’inquiète un agent de l’immense hôpital cristolien. « De toutes façons, on manque de personnel, donc rien ne changera, qu’on réorganise ou pas« , tranche Patrick Cavalier

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 15:34
35 heures à l'AP-HP : les syndicats boycottent les réunions

Pour mener à bien la renégociation des 35 heures, Martin Hirsch, le patron de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), va devoir engager un bras de fer avec les syndicats.

Une semaine après l’annonce de son projet de réforme et à dix jours d’une grève-riposte, le cycle de réunions qu’il a entrepris cette semaine avec les représentants du personnel pour dresser un « état des lieux » risque d’être abrégé. CFDT, CGT, FO et SUD-Santé : tous ont décidé de boycotter les rencontres.

« Quand nous avons eu connaissance de son calendrier, nous avons fait savoir à Martin Hirsch qu’il n’était pas question d’accepter de négocier dans des conditions imposées », explique SUD-Santé. L’organisation refuse « l’arbitraire du directeur général, qui impose un cadre de négociations à marche forcée ». Elle assure avoir « depuis belle lurette procédé à l’état de lieux, avec les salariés, de la dégradation de nos conditions de travail […] Seuls les salariés sont habilités à déterminer le calendrier des négociations pour l’application des 35 heures ».

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 09:41

Journée Internationale des Infirmières : la profession, esclave, est en deuil !


 

La profession, esclave, est en deuil !

Comme chaque année, le Conseil International des Infirmières (CII) dont le siège est confortablement installé à Genève, met en avant la Journée Internationale des Infirmières, en mémoire à Florence Nightingale. Comme chaque année, un thème est choisi et diffusé – urbi et orbi – aux infirmières de la planète. Ce 12 mai 2015, le CII a donné pour consigne générique : « Les infirmières, une force pour le changement : des soins efficaces et rentables ».

Cette journée des infirmières rencontre peu d’écho en France. Récemment, RESILIENCE a eu à cœur de remettre – à sa juste place - la présidente anglo-saxonne du CII, suite à son ingérence intolérable et inadmissible dans les affaires internes de la profession infirmière française, au sujet de la suppression de l’ordre éponyme, votée par les députés le 09 avril dernier.

Le thème retenu pour 2015 est donc plus que jamais d’actualité puisque les mots clefs « infirmières », « changement » « soins » « rentables » ne pouvaient tomber mieux, en cette période de disette financière qui fait des infirmières françaises, les incontestables reines mondiales de la rentabilité du soin, suite aux multiples changements qui nous sont imposés depuis 2010, par les gouvernements de  droite et de gauche. 

A ceux, autistes, qui nous répondront immanquablement qu’un ordre infirmier fort pourrait changer les choses, nous rétorquerons aussi imperturbablement que les prérogatives d’un ordre professionnel ne comportent pas ces aspects et se limitent à des rôles de police et de registre de la profession, ce que l’ordre français fait d’ailleurs très bien depuis 2008, puisqu’il ne sait faire que cela en harcelant les infirmières pour les faire cotiser et en demandant aux CPAM de déconventionner les récalcitrantes libérales, afin de faire payer les dettes de l’ordre par celles qui se lèvent à 5 heures quand d’autres sont planqués derrière leur écran au siège parisien de l’oni. Heureusement les députés ont eu la sagesse de nous en débarrasser récemment, gageons que les sénateurs dans la même sagesse, en feront bientôt autant. 

Les infirmières esclaves, avec ou sans ordre, sont toujours très appréciées de la population avec les pompiers, en tête de liste. Presque toutes les infirmières se plaignent – à très juste titre – de leurs conditions déplorables d’exercice que ce soit en public, en privé ou en libéral, pas pour les mêmes raisons. Mais peu descendent dans la rue, beaucoup étant réquisitionnées en service ou en libéral, pour manifester leurs mécontentements, notamment salariaux. Il est d’ailleurs à remarquer que c’est de la Suisse où les infirmières sont les mieux payées au monde, ou presque, que « les mots d’ordre mondiaux » sont envoyées aux infirmières esclaves de tous les autres pays. Suisse où il n’existe pas d’ordre infirmier, pour la toute petite histoire. 

Aussi, nous appelons les infirmières et les infirmiers de France à porter un brassard noir sur leur tenue blanche pour faire de cette journée internationale des infirmières, une journée nationale infirmière de deuil, eut égard à l’enterrement de première classe que les différents gouvernants depuis plus de 20 ans organisent - en permanence – à l’encontre de la profession infirmière.

In memoriam :

Apparition d’un ordre infirmier, devenu un gouffre financier ayant livré – clefs en mains – la profession infirmière aux banquiers et aux assureurs, ordre bientôt présidé par un retraité !

Enterrement de la profession infirmière libérale au profit des structures de soins dirigées par des médecins don la prime annuelle 2014 a été de 6200 euros : rien pour les IDEL !

Perte de la pénibilité, depuis décembre 2010, pour les infirmières classées désormais en catégorie A, catégorie sédentaire !

Age de la retraite passé de 57 à 62 ans pour ces mêmes infirmières, en échange d’une pseudo licence infirmière dont les intéressées n’ont toujours pas vu la couleur !

Salaires bloqués depuis 2010 et jusqu’en 2017, les cotisations salariales, elles, ne connaissant pas de répit, une perte de pouvoir d’achat est donc constatée tous les ans !

Baisse du nombre de RTT qui sont désormais passés de 26 à 19 puis à 15 par an dans presque tous les hôpitaux !

Dé classification et suppression de postes infirmiers partout en France au profit de la seule rentabilité financière et au mépris de la sécurité des soins, des patients et des personnels !

Noyade de la formation initiale infirmière dans une nébuleuse universitaire ayant pour effet de produire toujours plus de jeunes diplômés, manque de temps et de moyens pour les professionnelles – dans les services – pour encadrer et former les étudiants en soins infirmiers, futurs chômeurs !

Disparition progressive de la formation permanente  au profit du DPC non financé !

Nivellement par le bas de la chaîne des soins en imposant aux infirmières des actes médicaux non rentables et en déléguant des actes infirmiers à d’autres professionnelles non formées !

Repost 0
Published by sud-chu-caen
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 08:55
Le gouvernement fait les poches des fonctionnaires par souci de justice salariale !

Suppression de l’indemnité compensatrice de la CSG :
Le gouvernement fait les poches des fonctionnaires par souci de justice salariale !

Communiqué en PDF ci dessous

Repost 0
Published by sud-chu-caen
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 08:47

La Fédération SUD Santé Sociaux est partie prenante depuis l'origine, du collectif "Pas de bébé à la consigne", dans ce cadre, une nouvelle campagne d'interpellation se met en place. Un appel à signature est lancé afin d'obtenir une révision de la politique d'accueil du jeune enfant .

« Demain plus un bébé à la consigne,

pour développer des modes d'accueil de qualité

c'est maintenant qu'on signe ! »

Nous nous adressons au président de la République et au gouvernement qui ont érigé la jeunesse, et donc ses prémisses, en priorité de leur mandat, et nous leur demandons la mise en œuvre d'un plan d'urgence pour l'accueil de la petite enfance (...) et d'une politique (...) digne d'une société qui considère ses bébés, citoyens du futur, et leur offre la bienvenue dans des berceaux hautement accueillants pour s'engager dans l’existence."

Cliquez ici pour lire le texte intégral de l'appel

Cliquez ici pour le signer en ligne

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche