Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 13:20
Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 13:13

La chronique de Pierre Ivorra. "Dans les hôpitaux, les effectifs de précaires ont augmenté deux fois plus que ceux des titulaires."

Les élus locaux UMP ont quelque chose de Mister Hyde et du docteur Jekyll. Du côté du bon docteur Jekyll, ils manifestent avec raison contre la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales, réclament des moyens pour répondre à une demande sociale qui ne cesse de grandir. Du côté du méchant Mister Hyde, ils soutiennent la proposition de leur parti de réduire les dépenses publiques de 130 milliards d’euros, ce qui revient à réclamer le triplement des mesures d’austérité, pourtant déjà insupportables, engagées par François Hollande.

Les dernières données de l’Insee sur l’évolution entre 2012 et 2013 de la principale dépense des administrations publiques, de l’État, des collectivités territoriales (régions, départements, communautés d’agglomération, communes) et des hôpitaux, celle concernant les personnels, confirment que l’emploi public y est aussi travaillé par des mouvements contradictoires. Les effectifs globaux augmentent de 1,5 %, mais cela tient surtout à la hausse de 38 500 postes (+ 2 %) au sein de la fonction publique territoriale, c’est-à-dire dans les structures institutionnelles les plus proches des populations et de leurs demandes. En même temps, cette augmentation de l’emploi public, obtenu en dépit des efforts faits par le gouvernement pour le réduire, s’accompagne d’un développement important de la précarité, particulièrement au niveau de l’État et dans les hôpitaux. Ainsi, la légère progression des effectifs de l’administration centrale est due à la création de 38 500 postes de non-titulaires et d’emplois aidés alors que ceux de titulaires ont reculé de 12 800 unités. Dans les hôpitaux, les effectifs de précaires ont augmenté deux fois plus que ceux des titulaires.

En vérité, les dirigeants actuels tentent de freiner et même d’inverser et de pervertir une tendance forte, propulsée par la révolution technologique en cours qui appelle un développement des capacités humaines et, à cette fin, un essor des services publics en quantité et en qualité. Cette obstination réactionnaire à réduire la dépense publique n’est pas sans effet. Si l’on rapporte l’évolution de la fonction publique à celle de la population qu’elle éduque, soigne, sécurise, on constate une dégradation au fil du temps et des politiques libérales. En 2000 on comptait 80 fonctionnaires pour 1 000 habitants. À partir de 2004 et jusqu’en 2009 on est monté à 84 fonctionnaires. Par la suite, les politiques de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande ont ramené cette proportion à 82 pour 1 000. Cela explique pour partie la perte d’efficacité de l’économie française.

Source: humanite.fr

Repost 0
Published by sud-chu-caen
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 14:01
Hôpital de Vire: Craintes sur le temps de travail !

Les syndicats de l'hôpital de Vire manifesteront tous les jeudis, jusqu'au 18 juin. Ils denoncent le projet d’allongement des journées.

Les syndicats s'opposent au projet de la direction de l’hôpital, qui souhaite allonger le temps de travail dans le service d’Hospitalisation à domicile (HAD).

Ce jeudi matin, ils ont procédé à une première action. "Une telle hausse des heures de travail doit être dérogatoire et non structurelle", indique Marielle Kérhardy de la CGT.

Rassemblements tous les jeudis

Selon eux, l’effectif du service HAD de Vire passerait de neuf à quatre infirmières et de huit à quatre aides-soignantes. "On va devoir travailler douze heures par jour au lieu de 7,5 heures, plus les astreintes", souligne Patrick Lelièvre de Sud-Solidaires.

Pour marquer leur désapprobation, les organisations syndicales organiseront des rassemblements tous les jeudis en fin de matinée, avec peut-être une manifestation avec la population le 18 juin.

Source: Ouest-France

Repost 0
Published by sud-chu-caen
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 13:24
Un camping revendicatif devant l'hôpital de Parthenay!

Après une première grève en mars dernier, les salariés de l'hôpital Nord Deux-Sèvres entre à nouveau en action à l'appel de la CGT pour contester le plan de restructuration défendu par la direction qui selon eux entraîne une surcharge de travail et une baisse de la qualité des soins.

La CGT organise un camping revendicatif devant l'hôpital de Parthenay, l'un des trois établissements de l'hôpital Nord Deux-Sèvres jusqu'au jeudi 23 avril. Trois semaines après la manifestation du 31 mars, le syndicat veut sensibiliser les habitants de Parthenay et les patients sur les risques encourus avec la baisse des effectifs hospitaliers. 60 postes en CDD ont été supprimés depuis le 1er janvier et les conditions de travail se sont dégradées.


Quatre tentes devant l'hôpital jusqu'à jeudi

Les syndicalistes veulent aussi montrer aux salariés que la mobilisation continue autrement que par la grève. Trente manifestants vont se relayer en permanence sous les quatre tentes installées devant l'hôpital. Ils feront signer des pétitions de soutien et exigent des réponses "immédiates" de la part de leur direction.
Pour la CGT, la situation est alarmante depuis l'instauration par la direction en janvier dernier d'un plan de retour à l'équilibre financier. Elle indique qu'une centaine de postes va être supprimée avant le transfert des sites de Parthenay, Bressuire et Thouars vers le nouvel hôpital de Faye-l'Abbesse.
Une enquête sur la souffrance au travail va être ouverte par le CHSCT vendredi prochain

Source: http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2015/04/21/deux-sevres-un-camping-revendicatif-devant-l-hopital-de-parthenay-709469.html

Repost 0
Published by sud-chu-caen
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 09:04
l’hôpital Perray-Vaucluse en danger

Les salariés de l’Etablissement public de santé Perray-Vaucluse d’Epinay-sur-Orge se sont fait entendre dans la rue jeudi 16 avril. Ces derniers avaient organisé une journée de grève pour manifester contre le plan de démantèlement annoncé par la directrice.

Parmi leurs revendications, les employés se mobilisent contre les fermetures ou transferts de services, les suppressions de postes, pour obtenir les moyens nécessaires en effectifs et qualifications afin d’assurer le service et pour le rétablissement des différents acquis sociaux, comme l’avancement de carrière.

Repost 0
Published by sud-chu-caen
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 08:41
Un 1er mai unitaire !

Le 1er mai, journée de solidarité internationale des travailleurs, aura cette année une dimension européenne particulière.

Dans beaucoup de pays européens, les populations subissent des politiques d’austérité et de réformes, réduisant les droits des travailleurs et leur protection sociale.

Il faut stopper ces politiques et investir pour des emplois de qualité et une croissance tenant compte des impératifs de développement durable.

La Confédération européenne des syndicats (CES) a décidé de faire du 1er mai une journée de mobilisation unitaire et convergente des salarié-e-s, retraité-e-s et des chômeurs-es partout en Europe.

Les organisations syndicales françaises affiliées ou non à la CES, CGT, FSU, Solidaires et Unsa, réunies le 15 avril 2015, appellent à y participer pour :

  1. promouvoir la protection sociale,
  2. combattre et réduire le chômage,
  3. permettre la création d’emplois,
  4. développer les investissements pour relancer l’activité économique,
  5. promouvoir les services publics,
  6. améliorer les salaires, les retraites, les pensions et les minima sociaux et promouvoir l’égalité salariale femmes-hommes.

Elles réaffirment, dans la suite du 11 janvier, que la démocratie, la république, la paix, les libertés de pensée et d’expression sont des biens communs qu’elles sont décidées à défendre face à tous les totalitarismes, aux discours haineux, aux tentatives de division et de stigmatisation.

La convergence des mobilisations partout en Europe ce 1er mai sera un signe fort adressé aux différents gouvernements et aux patronats pour exiger une construction européenne fondée sur le progrès social, s’appuyant sur le renforcement du dialogue social et des droits sociaux.

Les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et Unsa appellent à la réussite des nombreuses manifestations unitaires qui seront organisées dans tout le pays le 1er mai 2015, sur la base de cet appel.

Repost 0
Published by sud-chu-caen
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 13:06

Le 13 avril 2015, la ministre de la Fonction Publique a annoncé la suppression de l’ « indemnité exceptionnelle de compensation de perte de rémunération liées à la modification du taux de la CSG » (Contribution Sociale Généralisée) dès le 1er mai

Encore un coup de plus porté par le Gouvernement contre les agents
de la Fonction Publi
que

Cette indemnité a été mis en place en 1997, lors du passage au taux de 7,5 % de la CSG, pour compenser les pertes de pouvoir d’achat des fonctionnaires titulaires ou stagiaires (circulaire du 14/4/97).
Depuis 18 ans, cette indemnité était versée aux agents, recruté-es avant le 1er janvier 1998 et augmentait chaque année avec les primes.

La ministre annonce, publiquement, cette suppression comme « une mesure juste pour une Fonction Publique exemplaire ». Exemplaire pour qui ?
Cette mesure entrera en vigueur dés le 1er mai prochain.

Le jour de la fête internationale du travail, voila un sacré cadeau du
Gouvernement offert aux travailleur-se
s !

Concrètement, elle concernera 710 000 agents des trois versants de la Fonction Publique.

Elle sera supprimé, au fil de l’eau, lors d’avancements (changement d’échelon et/ou de grade). Dans son infime bonté, les personnels, dont le traitement est inférieur à 1 852 euros brut par mois, seront exclus de ce dispositif...

Cette mesure ne sort pas du chapeau, elle doit, dixit la Ministre « redonner des marges de manoeuvre ». Pour être plus clair, le gouvernement fait encore des économies budgétaires sur le dos des agents.

Le 1er mai, TOUTES et TOUS dans la rue pour répondre
aux attaques de ce gouvernem
ent

Les politiques d’austérité budgétaires imposées par la Banque centrale Européenne aux ordres du grand capital dont notre gouvernement est un serviteur zélé sont donc suivies à la lettre.

Pour comble de duperie, cette mesure est justifiée par le ministère de la Fonction Publique comme gage de revalorisation dans le cadre des négociations sur les carrières !
On nous tond aujourd’hui et demain... on (nous) rase gratis ?

Mobilité, flexibilité, précarité, gel des salaires, rien ne vas plus et pour demain on nous promets 9 milliards d’économies supplémentaires avec un milliard pour la seule Protection Sociale.
L’heure est plus que jamais à la révo

Casse des Salaires Généralisée, tract en PDF

Repost 0
Published by sud-chu-caen
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 10:13
Suppression de l'Ordre infirmier : Annie Le Houérou argumente

Annie Le Houérou, députée des Côtés d'Armor (PS), a porté, dans le cadre de la Loi Santé, l'Amendement 517 supprimant l'Ordre des infirmiers. En séance publique dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, elle a exposé ses arguments. Nous la remercions d'avoir accepté de les partager avec la communauté d'Infirmiers.com

La loi du 21 Décembre 2006 portant création de l’Ordre National des Infirmiers (ONI) avait à l’époque suscitée de vives réactions émanant des infirmiers dont la majorité d’entre eux, 80 % s’opposaient à la création d’une structure ordinale ainsi qu’à l’obligation d’y adhérer.

En 2008, seulement 30 000 infirmiers ont voté lors des élections nationales et force est de constater qu’en 2014 soit 8 années après sa création l’ordre ne recueille toujours pas l’assentiment des professionnels de santé puisque seulement 161 087 infirmiers sont inscrits à l’ONI malgré la très forte incitation faite auprès des nouveaux diplômés, alors que près de 595 000 professionnels sont recensés.

Les élections des conseils régionaux qui ont eu lieu le 29 Janvier 2015, n’enregistrent guère plus de votants dans la mesure où le taux de participation est de 22 %.

Au cours des nombreuses auditions que j’ai menées dans le cadre du groupe de travail SRC à l’Assemblée, il apparait que l’ordre des infirmiers n’est pas représentatif de la profession et crée des tensions au sein d’une profession qui a besoin de se rassembler. Les arguments portés par les professionnels sont : une gestion contestée de l’ordre, un défaut de représentativité et de transparence, un constat d’insuffisances dans l’exercice de ses missions.

Cet amendement a donc pour objet d’apaiser les conflits au sein d’une profession très divisée. Par respect et reconnaissance du rôle essentiel dans la chaîne de soins du métier d’infirmier, il devient urgent de clarifier une situation juridique extrêmement précaire. En effet, 80 % des infirmiers ne sont pas inscrits à l’ONI ce qui met plus de 430 000 professionnels en situation de « pratique illégale » avec des contentieux préjudiciables y compris pour les patients.

Certaines des missions dévolues à l’Ordre mobilisent un budget conséquent et n’apparaissent pas opportunes. Elles pourraient être confiées à des instances déjà existantes et compétentes en la matière. La suppression de l’Ordre suppose donc d’apporter des précisions règlementaires sur le partage des compétences de chaque organisme. De même la situation des salariés devra être étudiée pour qu’ils puissent trouver leur place dans ces instances.

  • La garantie des « bonnes pratiques » pourrait être rendue par la Haute Autorité de Santé et le Haut Conseil des Professions Paramédicales (HCPP) qui émettent déjà un avis sur ces questions.
  • La prise en compte du patient dans sa globalité en le plaçant au cœur d’un parcours de soins et d’accompagnement plaide pour une réflexion pluridisciplinaire et transversale des compétences à mobiliser autour de ses besoins.
  • La régulation de la profession, le recensement et suivi démographique pourraient être assurés par les Agences Régionales de Santé en lien avec le fichier ADELI et le RPPS (répertoire partagé des professionnels de santé).
  • L’évolution de la profession, et son positionnement dans le parcours de soin pourrait relever de la compétence du Haut Conseil des Professions Paramédicales.

Nombres de professions de santé exercent tous les jours à raison uniquement de leur diplôme. La vérification des garanties « de compétence, de moralité et d’indépendance » requises pour l’exercice de la profession sont effectives à l’inscription à la formation après que les contrôles d’identité de de casiers judiciaires aient été effectués. Seule la détention d’un diplôme d’état venant sanctionner une formation initiale, conditionne le droit à l’exercice de cette profession. C’est le cas des ergothérapeutes, des orthoptistes ou encore des psychomotriciens mais aussi des infirmiers puisque la plupart d’entre eux ne cotisent pas à l’Ordre.

Quant au contentieux, les tribunaux de droit commun pourraient juger de ces affaires en lien avec les ARS sur le précontentieux.

Il s’agit de redonner à chacun sa liberté, une valeur qui est fortement revendiquée par les professionnels de santé pour l’exercice de leur métier. De plus, la Liberté d’association est un droit fondamental en France. Les infirmiers qui souhaitent poursuivre les actions de l’Ordre actuel ont toute latitude pour le faire sous forme d’organisation associative ou syndicale

Repost 0
Published by sud-chu-caen
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 18:38

Après 5 jours de grève, la direction de l'établissement Korian Champ de Mars maintient des négociations bidon et espionne les grévistes avec des pratiques de barbouzes.

Chez Korian la répartition du chiffre d’affaire en hausse de 64% en 2014 est très simple : tout dans les poches des actionnaires, rien pour les salaires!

Je gagne 1100€ net par mois, primes de dimanche comprises, ça fait pas lourd à la fin du mois… ni même au début d’ailleurs” lâche une aide soignante. Depuis 5 jours, avec ses collègues, épuisé-es par les brimades et les vexations d’une hiérarchie tout entière dévouée au profit des actionnaires, elles et ils se sont mis en grève.

Sur place, l’équipe de direction ne semble pas considérer la force de ce mouvement, sûrement fatiguée par les tâches qu’elle assume en remplacement des grévistes : directeur d’établissement en cuisine, directeur régional des soins aux toilettes, directrice commerciale au service. De discussions en discussions, la direction avance puis recule, engagement du samedi renié le dimanche, reniements et reculs marquent les rencontres entre grévistes et direction. D’autres salariés écœurés par ces méthodes et le peu de confiance qu’elles leur inspirent, entrent à leur tour en lutte: ce dimanche ce sont les personnels de cuisine qui ont rejoint la mobilisation.

Ce mouvement par sa durée et son dynamisme impressionne. Au lieu de favoriser une sortie de crise, la direction et le siège s’obstinent, préférant l’affrontement et le recours à des méthodes de patrons voyous ! Le 19 avril, alors même que des négociations étaient en cours, Korian a eu recours à un homme de main pour espionner les grévistes et leurs soutiens. Filmant militants syndicaux et grévistes, feignant de consulter son portable, il tentait d’écouter les conversations des grévistes. Vite repéré, et visé à son tour par les portables de deux militantes syndicales, il est parti en courant. La direction interpellée à la sortie des négociations sur ces étranges pratiques, a voulu rassurer (sic!) en indiquant que cet homme n’était qu’un huissier!

La fédération SUD Santé Sociaux dénonce ces méthodes de voyous et de barbouzes.

La fédération SUD Santé Sociaux soutient l’ensemble des revendications des salariés grévistes: reconnaissance de la pénibilité du travail, paiement des heures de travail non rémunérées, appelle toutes et tous les salarié-e-s du groupe à contacter les grévistes (https://greveurschampdemars.wordpress.com), à soutenir le mouvement et exige l’ouverture de réelles négociations..

Repost 0
Published by sud-chu-caen
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 09:24
Grève au Groupe Korian: La colère des salarié(e)s enfle !

Mobilisation du 17 avril 2015, plus de 85% grévistes au 3eme jour de grève. Les salarié-es déterminé-e-s sont scandalisé-e-s que l’entreprise ne consente rien sur les salaires et les effectifs.

Korian « Champs de Mars » facture ses services de 4000 à 9000€ par mois à ses résident-es alors que les salaires des soignant-es, quelle que soit leur ancienneté et avec les primes de dimanches n’excèdent pas 1300 €. Les salarié-es dénoncent par ailleurs un management archaïques infantilisant et répressif avec pour exemple un avertissement au personnel pour une cuillère ou un verre oublie...
Pour rappel Korian, premier groupe français d’établissement de personnes âgées dé-pendantes, enregistre des bénéfices records et soigne grassement ses actionnaires avec des dividendes en forte hausse.
Pour la fédération SUD Santé Sociaux il est temps de sortir d’une société au sein de la-quelle les patrimoines financiers génèrent des profits indécents au détriment des reve-nus du travail. Ce sont bien pourtant les travailleuses et les travailleurs qui sont les véritables créateurs de richesses.

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche