Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 08:38

La fête du travail a rassemblé environ 1500 à 2000 personnes dans les rues de Caen sous un soleil retrouvé.

Plus d'infos sur le site de Résistances Caen.

1er mai caennais
1er mai caennais
1er mai caennais
1er mai caennais
1er mai caennais

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 08:38

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 08:35
Le planning familial du Calvados fête ses 20 ans

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 08:26
1er mai programme complet de nuit debout

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 09:13

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 09:12
Tirs tendus de grenades sur le camion de Solidaires 13

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 08:52
EPSM Caen : Pas de projet sans les salarié(e)s !

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 08:19
Manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016 à Caen
Manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016 à Caen
Manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016 à Caen
Manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016 à Caen
Manifestation contre la loi travail le 28 avril 2016 à Caen

Quatrième journée nationale d'action contre la loi Travail. Les manifestants se retrouvent place Saint-Pierre, un cortège étudiant/lycéen descend quant à lui de l'université. Dans le cortège, estimé à 3 000 personnes, la CGT constitue le contingent le plus important. En queue de cortège, les intermittents de la KIC animent avec leur fanfare le défilé. Celui-ci descend la rue Saint-Jean jusqu'à la place du 36e RI. Comme lors des manifestations précédentes, les pont de Vaucelles et Churchill sont bloqués par la police. Cette dernière est aussi positionnée promenade de Sévigné et rue du 11-Novembre pour bloquer l'accès la rue Paul-Toutain où se situe le siège du PS. Cela n'empêche pas un petit groupe d'une centaine de personnes de vouloir s'approcher au plus près du local politique. Très rapidement, la police se déploie et forme une ligne rue du 11-Novembre. Les manifestants décident de rebrousser chemin. Quelques minutes après - et à quelques mètres de là - les intermittents déploient leur banderole "Scandale général" devant l'agence du Crédit du Nord.

La manifestation remonte ensuite l'avenue du 6-Juin puis se dirige vers la mairie par les rues Saint-Pierre et Écuyère. Place Fontette, les intermittents redéploient leur banderole. L'arrivée devant la préfecture se sait sur les coups de 12h15, un impressionnant dispositif protège le bâtiment. Les manifestants arrivent peu à peu et occupent la place Gambetta. La sono syndicale annonce que d'autres journées d'action sont à prévoir dans les semaines à venir puis la dissolution de la manifestation est prononcée.

Vers 12h45, un groupe se détache des manifestants place Gambetta et prend la direction de la rue de Bernières, une manif sauvage se met en place, étroitement surveillée par la police. Ce cortège semble se diriger vers l'université. Mais, arrivé devant le campus 1, il poursuit sa route vers la rue Lecornu. L'ensemble du dispositif policier a suivi et remonte à toute vitesse le Gaillon puis passe par la rue des Fossés-du-château afin de se positionner face au cortège. C'est en bas de la rue Lecornu que les policiers se déploient formant une ligne empêchant les manifestants d'aller plus loin. Ce face à face dure plusieurs minutes avant que les manifestants rebroussent chemin vers le campus. Ils prennent alors position sur la voie publique face à l'arrêt de bus Université. Il faut moins de 5 minutes pour que la police ne fasse sa réapparition via l'avenue d'Edimbourg. Des policiers viennent demander aux manifestants de libérer la voie publique mais ces derniers refusent. Les policiers se mettent en formation et se dirigent vers les manifestants, ces derniers se réfugient sur la plateforme du tramway. Puis les policiers avancent afin de repousser les manifestants en dehors de la plateforme. C'est à ce moment que quelques coups de matraques volent en direction des manifestants. Le face à face dure près d'une demi-heure où les manifestants chambrent à plusieurs reprises les policiers. Vers 14h, les premiers policiers commencent à quitter le dispositif, 10 minutes plus tard, le premier tram peut passer à la station université sous les hourras des manifestants. A 14h15, les derniers policiers quittent le campus et la plupart des manifestants se dirigent vers l'amphi Tocqueville occupé.

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 08:14
Au CHU de Reims, les RTT c'est fini !

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 08:04
Big bang à l'hôpital avec des regroupements massifs

«Libération» dévoile le décret qui donne naissance aux Groupements hospitaliers de territoire. Une petite révolution : la France va passer de 1 100 établissements de santé à près de 200 groupements d'hôpitaux.

C’est un simple décret, mais il peut à terme modifier très fortement le paysage hospitalier français. Ce vendredi matin sera en effet publié au Journal officiel le décret sur les Groupements hospitaliers de territoire (GHT), issu de la loi santé de Marisol Touraine.

Version officielle, d’abord : «C’est une innovation majeure, ce n’est ni mineur, ni banal, explique à Libération la ministre de la Santé. On entre dans une nouvelle phase de la vie hospitalière.» Et Marisol Touraine de souligner : «Les hôpitaux se sont construits bien souvent comme des structures, certes de référence mais tournées sur eux-mêmes. Là, s’impose l’idée d’une responsabilité vis-à-vis de l’extérieur. On ne raisonne plus en termes de structures, mais en termes de territoire. On analyse dans chaque territoire les besoins de la population, et ensuite avec un projet médical commun, on cherche à faire travailler au mieux les hôpitaux de proximité avec l’hôpital de référence.»

Version plus pratique, maintenant : les 1 100 établissements publics de santé vont se regrouper et former autour de 200 à 250 Groupements hospitaliers de territoire. Cela ne veut pas dire que des hôpitaux vont fermer, mais chaque territoire aura un et un seul GHT qui chapeautera plusieurs établissements, avec un unique projet médical, décliné dans plusieurs lieux, avec un système d’information unique, et un groupement d’achats uniques. Le but ? «Il ne s’agit pas de faire des économies», insiste la ministre. Mais de proposer au patient «une prise en charge graduée», avec des établissements de santé de première intention, une permanence des soins, et au-dessus de la chaîne, un lieu avec des services de pointe et toute la gamme de radiologie et de biologie nécessaires. Ces GHT n’auront pas de personnalité morale, mais ils seront néanmoins obligatoires et constitués par une «convention administrative».

Une longue mise en œuvre et des questions

Ce décret a été long à accoucher, résultat d’une concertation de deux mois, après qu’une première version a été retoquée pour cause de trop grande lourdeur administrative. Y sont définis précisément les conditions de création, les modalités de gouvernance de chaque groupement, ainsi que le périmètre de mutualisation des fonctions et activités permettant la mise en œuvre dudit projet médical partagé. Est prévue pour chaque GHT la création d’une Conférence territoriale de dialogue social.

Cela reste très technique. Quelques interrogations demeurent, celles-là beaucoup plus compréhensibles. Ainsi, quelle place dans ces GHT pour les élus qui sont très attachés à rester dans la gouvernance des hôpitaux ? Mais aussi comment vont se constituer les GHT ? Par le haut ou par le bas ? Le choix des regroupements viendra-t-il de la base, ou bien de la direction des Agences régionales de santé ? N’y a-t-il pas, de fait, un risque que le gros hôpital général ou le CHU impose ses choix aux petits établissements ? Quelle place réelle pour les usagers ? Mais aussi quelle collaboration avec les établissements privés ? Enfin, il est prévu que puissent se créer des GHT spécialisés, en particulier en psychiatrie où se regrouperaient plusieurs établissements de santé mentale.

On le pressent, si la machine réglementaire est maintenant lancée, la mise en musique n’en restera pas moins délicate. Au 1er juillet en tout cas – donc dans un délai rapide – tous ces GHT devront avoir vu le jour.

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche