Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:44

Cette professeure d’hématologie de 54 ans a présidé l’Institut national du cancer avant de prendre la tête du collège de la Haute Autorité de santé.

La professeure Agnès Buzyn, 54 ans, quitte la présidence de la Haute Autorité de santé (HAS) pour prendre la tête du ministère des solidarités et de la santé. C’est donc un médecin – et non des moindres – qui revient avenue Duquesne, comme le souhaitait Emmanuel Macron. Son parcours professionnel, au cours duquel elle a alterné la pratique clinique hospitalière et la direction ou la présidence de différentes institutions publiques – Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), Institut national du cancer (INCA) et HAS –, ne sera pas de trop, notamment vis-à-vis des professionnels de santé.

Née à Paris, Agnès Buzyn a baigné dans la médecine depuis l’enfance : un père chirurgien, des oncles médecins ou chirurgiens, une mère psychologue et psychanalyste. Le parcours de cette ancienne interne des Hôpitaux de Paris se déroule pour l’essentiel à l’Université Paris-V et à l’hôpital Necker, où elle deviendra, de 1992 à 2011, responsable de l’Unité des soins intensifs d’hématologie pour les adultes et le traitement des leucémies par greffe de moelle. Une période au cours de laquelle, comme d’autres femmes médecins, elle devra affronter plus d’obstacles que ses confrères masculins.

Nommée professeure des universités-praticienne hospitalière en 2004, elle prend quatre ans plus tard la présidence du conseil d’administration de l’IRSN. Une fonction qu’elle occupera jusqu’en 2013. Parallèlement, de 2009 à 2015, elle est membre du Comité à l’énergie atomique et entre au conseil d’administration de l’INCA en 2009. Vice-présidente de cet institut en octobre 2010, elle en prend la présidence le 27 mai 2011 et met en œuvre le 3e Plan cancer (2014-2019). Le tout en conservant ses fonctions de professeure d’hématologie à l’Université Pierre-et-Marie-Curie Paris-VI et une consultation d’hématologie à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Le 7 mars 2016, un décret du président de la République la nomme présidente du collège de la Haute Autorité de santé.

Prolonger la politique de transparence

C’est donc une professionnelle de santé au parcours brillant qui prend les rênes de la politique de santé en France. Saura-t-elle resserrer avec ses confrères les liens quelque peu distendus avec celle à qui elle succède, Marisol Touraine ? C’est l’un des défis qui l’attendent, avec celui auquel elle s’est déjà confrontée : les inégalités de santé.

La ministre aura aussi pour tâche d’accroître la présence des patients dans les instances de santé. Elle n’avait pas obtenu des parlementaires et du ministère de la santé la nomination de patients dans le collège de la HAS – avant que Marisol Touraine ne leur fasse une place en y nommant Christian Saout, secrétaire général délégué du Collectif interassociatif sur la santé.

Elle aura aussi à prolonger la mise en place d’une politique de transparence et de lutte contre les conflits d’intérêts dans le monde de la santé. Par le passé, Agnès Buzyn avait publiquement souligné les difficultés que posait l’application de règles plus strictes en matière de liens des cliniciens et chercheurs avec l’industrie pharmaceutique.

LA NOUVELLE MINISTRE A ENTRETENU UNE AMBIGUÏTÉ ENTRE DES TRAVAUX DE RECHERCHE ET UN RÔLE DE CONSULTANT DES DIRIGEANTS DE LABORATOIRES PHARMACEUTIQUES

Contrairement aux tenants d’une attitude intransigeante dans ce domaine, elle insistait sur la raréfaction des experts qualifiés et dépourvus de liens d’intérêts avec les industriels. Mediapart la citait, expliquant lors d’une audition au Sénat le 20 janvier 2016 : « On commence à avoir des experts institutionnels qui n’ont plus aucun lien avec l’industrie pharmaceutique et dont on peut se demander, à terme, quelle va être leur expertise, puisqu’ils ne sont plus à aucun “board”. » Une réponse entretenant une ambiguïté entre des travaux de recherche et un rôle de consultant des dirigeants de laboratoires pharmaceutiques.

Enfin, Agnès Buzyn aura certainement à préciser les rapports qu’elle entretiendra avec l’Institut des sciences et de la recherche médicale (Inserm), dont son ministère exerce la cotutelle avec celui de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation. L’institut a pour PDG son mari, le professeur Yves Lévy.

« Renouer le dialogue »

La nomination d’Agnès Buzyn a été largement saluée dans le monde de la santé, y compris et peut-être surtout par les détracteurs de Marisol Touraine, qui s’était mis à dos les médecins.

Parmi ceux qui se réjouissent tout simplement figurent la Fédération hospitalière de France, rassemblant plus de mille établissements publics de santé, l’Alliance contre le tabac ou l’Association nationale de prévention en alcoologie et en addictologie.

Parmi les satisfaits d’un changement de titulaire au ministère de la santé, le Syndicat des médecins libéraux affirme qu’un « changement de méthode est attendu et nécessaire au rétablissement de relations de confiance », après « un quinquennat d’incompréhension et de conflits inédits ». Le Conseil national de l’ordre des médecins espère que la nomination d’Agnès Buzyn permettra « de renouer le nécessaire dialogue entre les professionnels de santé et le gouvernement ».

L’organisation la plus sceptique est la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) qui se dit « inquiète et sceptique ». Parlant d’un « travail immense pour réformer en profondeur le système de santé français qui souffre d’un cloisonnement entre les acteurs et d’une organisation trop centrée sur l’hôpital », la CSMF, « sans faire de procès d’intention », évoque la nomination d’Agnès Buzyn comme « un mauvais signal pour la médecine libérale ». Pour justifier ce jugement, le syndicat évoque l’absence de représentant de la médecine libérale dans le collège de la Haute autorité de santé.

Outre ses mérites propres, Agnès Buzyn semble donc avoir une qualité que beaucoup lui reconnaissent : elle n’est pas Marisol Touraine.

Repost 0
Published by sud-chu-caen
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:28

"Je suis venu avec la photo de Brigitte, auxiliaire de vie sociale, la profession la moins payée de France, qui va voir son salaire baisser de 30% à cause du Département. La réduction des déficits touche toujours les plus précaires, ils sont des centaines de milliers, agents d'entretien, assistante maternelle, AVS, animateurs, vacataires, avec des statuts complètement éclatés. Il nous faut des services publics de la jeunesse, de la dépendance. Tout ça a évidemment un coût, mais c’est un investissement pour nos enfants. Pour ne pas que la peur entre dans les cœurs, l’inquiétude permanente : qu’est-ce qu’on va devenir demain, est ce que j’aurais encore un poste en septembre…

Repost 0
Published by sud-chu-caen
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:23

Suite à l’élection d’Emmanuel Macron, la fédération SUD Santé Sociaux alerte sur le contenu de régression sociale de son programme et ses conséquences sur les secteurs de la Santé, du Social et du Médico-Social. 
En effet, les missions de ces secteurs sont en partie assurées par des structures privées, et sont à ce titre fortement menacées par les nouvelles attaques contre le Code du Travail promises par le candidat, aggravant les mesures de la loi El Khomri. 

 

Communiqué SUD Santé alerte!
Repost 0
Published by sud-chu-caen
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:20

0,5 % de la population française est à la fois trop éloignée d’un service d’urgences médicales, d’un médecin généraliste et d’une pharmacie, indique ce jeudi un rapport du Service de statistiques du ministère de la Santé (Drees). 13,6 % des Français sont concernés par au moins un des trois éloignements. Les zones rurales et de moyenne montagne sont particulièrement touchées

Fin 2015, 6 % de la population française, soit 4 millions de personnes, habitait à plus de 30 minutes d’un SMUR (structure mobile d’urgence et de réanimation) ou d’un hôpital disposant d’un service d’urgence. Le chiffre grimperait même à 46 % dans les zones rurales éloignées « de l’influence des pôles urbains ». Les espaces du territoire les plus touchés par le phénomène seraient ceux où les déplacements sont les plus difficiles, comme les régions de moyenne montagne par exemple.

C’est ce qu’indique un dossier consacré aux déserts médicaux par le service de statistiques du ministère de la Santé (Drees) et publié ce jeudi, à la fin d’un quinquennat au cours duquel François Hollande s’était engagé à garantir un accès aux urgences en mois de 30 minutes à l’ensemble des Français. Les chercheurs ont montré que c’est en Corse, en Martinique, en Bourgogne Franche-Comté et en Guyane que l’on trouve le plus grand nombre de patients éloignés des urgences médicales.

1,6 million de personnes à plus de 10 minutes d’une pharmacie

Le document alerte également sur les déserts médicaux, ces communes où, pour chaque habitant, le nombre de consultations accessibles chaque année pour chaque habitant est inférieur à 2,5 alors que la moyenne nationale s’élève à 4,1. 8 % de la population du pays serait concernée, avec une légère augmentation entre 2012 et 2015. Là, ce sont les Antilles, la Guyane, la Corse, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne Franche-Comté et l’Ile-de-France qui sont les plus touchées.

 

La Drees évalue par ailleurs à 1,6 million le nombre de Français vivant à plus de 10 minutes de la pharmacie la plus proche. 0,5 % des Français sont à la fois trop éloignés d’un service d’urgence, d’un médecin généraliste et d’une pharmacie mais 13,6 % sont victimes d’au moins un des trois phénomènes. Une situation qui ne devrait pas s’arranger dans le futur puisque les spécialistes annoncent un probable « accroissement des inégalités territoriales d’accès aux soins ».

Repost 0
Published by sud-chu-caen
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:18

Communiqué Solidaires Fonction publique

Le ministère de la fonction publique disparaît !

5,5 millions d’agents-es n’auront donc plus de représentant-e au sein de ce nouveau
gouvernement.

Le fait que la DGAFP et les questions « fonction publique » soient, semble t’il, attachées à Bercy et tout particulièrement au Ministre de l’action et des comptes publics, fait craindre le pire pour cet élément fondamental pour la cohésion sociale.

Sans doute n’est ce pas le souci premier de ce gouvernement qui, en rattachant le sort des agents-es de la fonction publique aux services qui gèrent les comptes de la nation, nous fait dire que la fonction publique et ses personnels serviront de variable d’ajustement pour l’équilibre des comptes de la nation.

Quand l’on sait que Monsieur Macron envisage de supprimer au cours de son mandat 120 000 postes de fonctionnaires (50 000 à l’état et 70 000 à la territoriale) on comprend mieux ce rapprochement.

Quand l’on sait que ce gouvernement recherchera environ 60 milliards de réductions dans les dépenses publiques, c’est évidemment plus simple d’avoir sous la main ce qui constituera le principal vecteur des ces coupes budgétaires.

Non décidément, l’absence de ministère de la fonction publique n’est pas une bonne nouvelle pour les personnels !

Paris, le 17 mai 2017

Repost 0
Published by sud-chu-caen
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 16:11
Repost 0
Published by sud-chu-caen
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 14:02
LGBT Pride 20 mai 2017
Repost 0
Published by sud-chu-caen
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 11:44
Droits des femmes contre les extrêmes droites
Droits des femmes contre les extrêmes droites
Repost 0
Published by sud-chu-caen
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 10:47
Repost 0
Published by sud-chu-caen
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 10:42

Il est impossible de répéter depuis des années que c’est la désespérance sociale provoquée par le capitalisme qui fait le lit de l’extrême droite et au lendemain du premier tour d’appeler à voter pour le chantre du capitalisme pour faire barrage à celle-ci. Autant offrir des allumettes à un pyromane pour combattre un incendie.

C’est à force d’imposer ce genre de non choix comme le seul possible qu’une partie de la population se détourne de la politique et, las des turpitudes des élu-es politiques et de la fausse impuissance sans cesse invoquée pour renoncer à améliorer leur quotidien, se réfugie vers une idéologie nauséabonde.

Les élections sont jouées, notre camp a perdu. La riposte doit avoir lieu. Nous devons mettre toutes nos forces dans le combat mais la bataille n’aura pas lieu le 7 mai. Le combat continue au quotidien...

Il est impératif dans cette situation de travailler à renforcer le contre-pouvoir syndical, et pas n’importe lequel. Solidaires oeuvre pour un syndicalisme de masse et de transformation sociale.

Ce sont près de 10 millions d’électrices et d’électeurs qui se sont exprimé-es pour un changement radical de rapport au travail et en finir avec la domination de la finance sur la politique. 10 millions d’électrices et d’électeurs qui aspirent à une société plus solidaire, plus... sociable.
Sans compter que sur les suffrages apportés à d’autres candidat-es, cette aspiration peut être largement partagée mais étouffée sous les pesants discours de la pensée unique qui instrumentalisent "la dette" artificiellement constituée pour mieux oppresser les populations.

C’est l’ensemble de ces forces là qu’il va nous falloir rassembler et convaincre que le syndicalisme est une alternative à l’incurie des politiques et une force capable aussi de changer la société et d’imposer aux politiques de tenir compte des aspirations de la population.

Votez syndicalisme de transformation sociale au quotidien, c’est par la lutte sociale que les conquis sociaux, les biens nommés, ont été arrachés aux politiques. Nous n’aurons que ce que nous revendiquerons.

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche