Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 18:39

Les "Barbouzes", film de 1964 de Georges Lautner et les dialogues de Michel Audiard .

 


 
Repost 0
Published by sud-chu-caen
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 17:37

Sans titre-116

 

Pour lire le N° 9, cliquez ci dessous

 

 

Info grève Calvados N°9

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Grève interpro
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 16:32

 


 
Repost 0
Published by sud-chu-caen
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 16:11

 

 

Guillaume SARKOZY (frère du président), futur bénéficiaire de la réforme des retraites

 

Pour lire la suite, cliquez  ici

 

Merci à SUD Santé Hôpital de Lisieux pour l'info

Repost 0
Published by sud-chu-caen
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 15:56

Depuis Lundi 4 octobre, deux hôpitaux de l’APHP (Tenon et Béclère) sont en grève reconductible

Tenon est situé dans le complexe Nord Est Parisien, déjà « à l’affiche » pour la fermeture du centre d’IVG, la fermeture annoncée de l’hôpital Trousseau, les restructurations sur Saint Antoine, etc.. Face au manque criant de personnel , dans une 1ère étape, dés le 27 septembre, les services d’oncologie et de radiothérapie se sont mis en grève, et le 4 octobre le mouvement s’est étendu à l’ensemble des services, notamment les urgences, et au personnel ouvrier et administratif. Le personnel dénonce le manque d’effectifs, les suppression de postes, de lits et la fermeture de salles, les horaires variables imposés, les changements d’horaires arbitraires et les conditions de travail déplorables. Signe qui ne trompe pas , le week-end,du 2 au 3 ; les urgences de Tenon ont fermé faute de personnels, et les patients ont été transférés en ambulance sur d’autres hôpitaux.. Seules les urgences pour piétons étaient ouvertes ! Voilà où mène la politique actuelle Le personnel est sorti dans le quartier, distribuant des tracts au marché Belgrand du mercredi, et organisant une manifestation autour de l’hôpital et de la mairie Jeudi, avec un très bon accueil de la population.

A Antoine- Béclère (Clamart - 92), la colère montait depuis plusieurs mois, là aussi face aux suppressions de postes, mais aussi, motif de la grève, la fusion administrative de l’hôpital Antoine Béclère avec Bicêtre et Paul Brousse avec toutes ses conséquences sur le budget, les postes, et l’autonomie médicale . Une première AG a plus de 200 personnels a eu lieu lundi à 9 H en présence des maires de Clamart et de Fontenay aux Roses. Une nouvelle AG, le mardi suivant très combative, a vu la direction venir expliquer que la grève était « illégale et dangereuse », alors même que le personnel s’était organisé pour que les soins continuent d’être assurés en totalité. Depuis, la grève continue …. Dans les deux cas, la grève est reconductible, en AG journalière à 9h, avec blocages de la direction et des services administratifs et d’encaissement par le personnel.

Dans les deux mouvements, les problèmes découlent directement de la loi Bachelot et de ses conséquences pour l’AP-HP, transformant le service public hospitalier avec non plus la priorité à la qualité des soins, mais la production de points d’indices « rentables » pour l’AP-HP. Ces restructurations auront des conséquences néfastes pour les patients, en réduisant l’offre de soins et allongeant ainsi les délais d’attente pour se faire soigner.

                                                                                         Source : Solidaires

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Hôpital en lutte
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 10:07

Sans titre-116

 

 

 

 

Refus de toute négociation, débat accéléré, à l’Assemblée nationale d’abord, au Sénat maintenant, pour faire voter le texte avant les vacances scolaires, le gouvernement et le président de la République ont choisi le passage en force. Face à cet oukase, le mouvement actuel prend des formes inédites qui montrent une détermination intacte. Ces actions multiformes, allant des grèves reconductibles dans certains secteurs à des actions de blocage de dépôts de carburants, sont organisées partout de façon unitaire. Elles se combinent avec les fortes mobilisations d’une jeunesse qui refuse le destin sinistre que lui préparent les classes dominantes. Comme seule réponse, le gouvernement se cantonne dans le déni de la mobilisation sociale et accentue la répression.

Ca bouge !

La grève se poursuit. Dans le même temps, des actions interprofessionnelles unitaires se multiplient localement avec des rassemblements, des manifestations « sauvages », des blocages (de zones industrielles, de dépôts pétroliers, de gares, d’aéroports, de dépôts de bus, de péages autoroutiers…). Solidaires et ses organisations membres trouvent toute leur place dans ces actions décidées au plus près du terrain. Amplifions sur l’ensemble du territoire les initiatives unitaires, grandes et petites, dirigées contre les intérêts de nos dirigeants et du patronat et qui sont autant de signes d’encouragement pour les salarié-e-s d’ores et déjà en grève. Il faut que ça bouge partout !

De la sécurité des biens et des personnes…

Le gouvernement use de répression et de violence. Des salarié-e-s en grève sont menacé-e-s de prison et réquisitionné-e-s comme si nous étions en guerre. Des piquets de grève sont l’objet de charges policières. Des salarié-e-s sont arrêté-e-s parce qu’ils/elles luttent. Des manifestations interprofessionnelles sont interdites. Des salarié-e-s sont arrêté-e-s. Chaque manifestation lycéenne est le théâtre de provocations, d’interventions de policiers en civils souvent parés d’autocollants syndicaux pour entretenir la confusion. Le Président de la République traite celles et ceux qui luttent de preneurs d’otages. C’est une vraie guerre sociale qu’ils mènent contre nous !

De nouvelles manifestations le 28 octobre et le 6 novembre

Six organisations syndicales ont décidé d’appeler à deux nouvelles journées de mobilisation, le jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre. L’Union syndicale Solidaires aurait préféré une date plus rapprochée afin de ne pas laisser trop longtemps les salarié-e-s mobilisé-e-s au quotidien sans journée de centralisation nationale du mouvement. De plus, il est regrettable que le communiqué de l’intersyndicale ne soutienne pas nettement les actions décidées unitairement par les salarié-e-s à la base. C’est ce qui a amené Solidaires à ne pas signer ce texte. Solidaires appelle à amplifier la mobilisation : élargir les grèves et les débrayages, renforcer les initiatives locales quotidiennes, et aussi se mobiliser massivement le 28 octobre et le 6 novembre puisque ces dates ont été décidées.

L’Union syndicale Solidaires
 Soutient la grève interprofessionnelle en cours, les grévistes en lutte.
 Appuie les collectifs intersyndicaux mis en place dans plusieurs villes.
 Appelle à renforcer et élargir la grève.
 Participera pleinement aux prochaines journées nationales de manifestations.
 Condamne la répression et la violence policière envers les salarié-e-s et les lycéen-ne-s en lutte.

Le gouvernement veut nous user.
Uni-e-s et déterminé-e-s, nous pouvons l’emporter !

Pour répondre aux nombreuses demandes de solidarité financière en direction des grévistes, Solidaires a décidé de mettre en place une caisse de solidarité. Les chèques sont à établir à l’ordre de l’Union syndicale Solidaires avec la mention « SOLIDARITE GREVISTES RETRAITES » au dos. Ils sont à envoyer à UNION SYNDICALE SOLIDAIRES

                                                                                                                                                                              Source : Solidaires

 

 

Pour lire le N°13, cliquez ci dessous

 

La grève N°13

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Grève interpro
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 08:19

Sans titre-116

 


Un mouvement inédit

Au onzième jour de la grève interprofessionnelle démarrée le 12 octobre, il apparait clairement que ce mouvement cumule un certain nombre d’aspects qui lui donne un caractère inédit : sa durée, ses formes, le soutien massif de la population, la répression gouvernementale, la participation des lycéen-ne-s, … Une chose est sûre : c’est un affrontement central avec le Pouvoir et le patronat qui est en cours, et nous ne devons pas lâcher !

La grève dure

Onze jours de grève, c’est beaucoup, c’est épuisant, c’est très pénalisant financièrement, … mais c’est aussi la volonté de ne plus reculer, de continuer les efforts pour arracher la victoire. Dans les secteurs en pointe depuis près de 2 semaines, la situation n’est évidemment pas simple, mais la force collective et les entrées dans la lutte de nouvelles entreprises chaque jour sont des éléments décisifs.

Généraliser la grève

Depuis le début, la grève totale est reconduite dans certaines professions. Dans d’autres, notamment de nombreuses entreprises privées, il s’agit de débrayages quotidiens. Les salarié-e-s décident ensemble de la forme d’action collective la plus appropriée pour étendre le mouvement et le faire durer jusqu’à satisfaction, c’est-à-dire jusqu’à l’abandon de ce projet de loi sur les retraites. Bien sûr, partout où c’est possible, la grève totale doit être décidée, c’est le meilleur moyen de renforcer le mouvement. Pour l’Union syndicale Solidaires, il ne s’agit pas d’affaiblir la grève dans les secteurs où elle est reconduite depuis le 12, mais au contraire de travailler à sa poursuite, son extension, sa généralisation.

Un mouvement populaire

A quelques jours des vacances scolaires, les perturbations du trafic SNCF ou l’absence d’essence dans les pompes ne facilitent pas la vie de millions de personnes. Mais l’immense majorité de celles-ci comprennent que ce qui se joue en ce moment a des conséquences bien plus graves qu’une semaine de congés scolaires perturbée. Les nombreuses initiatives pour organiser une solidarité financière avec les grévistes sont un des signes de ce soutien.

Le gouvernement a recours à la répression

Grévistes, barrages, rassemblements, sont de plus en plus souvent agressés par des interventions policières. Des manifestations de lycéen-ne-s et aussi de salarié-e-s ont été dispersées violemment. Le gouvernement tente d’installer un climat de tension et de peur, dans l’espoir de déplacer le débat et de masquer le désaveu massif envers son projet de loi. Par ailleurs, sa volonté de court-circuiter tout débat le conduit maintenant à accélérer encore la procédure parlementaire.

L’Union syndicale Solidaires fait des propositions à l’intersyndicale

Lors de la réunion intersyndicale nationale de jeudi soir, nous avons proposé que 5 points soient mis en avant :
 Un soutien syndical national à la grève interprofessionnelle en cours, aux grévistes en lutte.è
 Un appel national à renforcer et élargir cette grève.è
 Une nouvelle journée nationale de manifestations en début de semaine prochaine.è
 Une condamnation de la répression policière.è
 Une réunion intersyndicale dès la semaine prochaine.è

L’Union syndicale Solidaires n’a pas signé le communiqué adopté par 6 organisations. Nous considérons que la situation mérite une réponse plus offensive et rapide des organisations syndicales nationales. Nous appelons à poursuivre la lutte, dans l’unité comme c’est le cas depuis 11 jours dans la plupart des départements et dans de nombreuses entreprises.

                                                Source : Solidaires

 

                  

Pour lire le N° 12, cliquez dessus    

 

La grève N°12                                             

Repost 0
Published by sud-chu-caen
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 06:08

Sans titre-116

 

Pour lire le N°8, cliquez dessus

 

 

Info Calvados N°8

 

 

Blocage dépôt de carburants et rond-point,

cliquez sur l'image ci dessous pour accéder au diaporama

 

005

 

 

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Grève interpro
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 05:49

Les députés de la majorité ont discrètement écarté de la réforme leur propre système de retraite. Une entourloupe parlementaire passée inaperçue le 9 septembre, lors des débats à l'Assemblée nationale.

L'affaire s'est nouée le 9 septembre dernier, lors de la deuxième séance des débats de l'Assemblée nationale. Le député Verts François de Rugy soutient l'amendement 249 rectifié. Késaco ? Tout simplement, un article additionnel au projet de loi sur la réforme des retraites. Un texte très court qui prévoit la chose suivante :

« Le Gouvernement présente au Parlement, avant le 31 décembre 2010, un rapport établissant la situation des régimes spécifiques de retraite des membres du Gouvernement et des parlementaires et définissant les conditions d'un alignement rapide et effectif de la situation de leurs régimes spécifiques sur le régime général, visant notamment à un encadrement strict des pensions reversées, tant dans leurs possibilités de cumuls que dans leurs montants. »

La discussion est rapide, pas plus de six minutes (voir la vidéo).

 

 

 

Le député Vert François de Rugy insiste pour que le régime très spécial des parlementaires fasse l'objet d'une réforme, interdisant le cumul de cette retraite avec d'autres traitements :

« J'espère que l'Assemblée nationale saura prendre ses responsabilités. Le bureau de l'Assemblée, d'ailleurs sous la pression d'un certain nombre de débats externes, a pris les siennes.

Je souhaite que ses conclusions aillent dans le sens d'un alignement sur le régime général. Nous plaiderons en tout cas, pour notre part, dans ce sens. »

Réponse du rapporteur de la commission des affaires sociales, le député UMP de la Moselle Denis Jacquat :

« S'agissant du point qui vient d'être évoqué, je rappelle que, sous la présidence de Bernard Accoyer, une réflexion est menée par le bureau de l'Assemblée nationale.

Le sujet qui vient d'être soulevé entre, je le pense, dans les attributions de ce dernier, qui établira des règles. Attendons ses conclusions.

Nous sommes, comme je l'ai dit tout à l'heure, pour l'exemplarité. Nous n'avons rien à cacher à ce propos. Je suis, par conséquent, défavorable à cet amendement. »

Rien à cacher, mais il est urgent d'attendre. Une position partagée par le ministre du Travail et de la Solidarité qui refuse, lui aussi, d'endosser une réforme pourtant si ardemment défendue lorsqu'il s'agit du commun des mortels. Eric Woerth esquive :

« Le régime des parlementaires relève, quant à lui, du bureau de l'Assemblée et de ses règles de fonctionnement. Je pense aussi qu'il convient d'évoluer en la matière. J'ai demandé à plusieurs reprises aux parlementaires de s'en saisir et de modifier leur régime de retraite. »

Fin de la discussion, amendement rejeté. Les parlementaires ont gagné quelques mois de répit, sans passer par la case manif.

                     Source : RUE 89

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Grève interpro
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 07:53

Sans titre-116
Des millions de manifestant-e-s pour la 6ème fois depuis début septembre

Ces mobilisations successives de millions de personnes, salarié-e-s du privé et du public, retraité-e-s, chômeurs/ses, lycéen-ne-s, étudiant-e-s, montrent une détermination très forte et massive de la population. Il faut remonter à de très nombreuses années pour retrouver une telle situation. Le gouvernement doit abandonner son projet de loi !

La grève reconductible

Dixième jour de grève ce jeudi dans les 12 raffineries du pays, ou à la SNCF. Mais le mouvement dépasse très largement les deux secteurs mis en avant par les médias. Totale ou sous forme de débrayages quotidiens, la grève est nationale et interprofessionnelle, et touche le secteur public et les entreprises privées. Dans la Chimie, la grève est reconduite aussi dans une vingtaine d’usines de caoutchouc/pneumatiques(Goodyear Dunlop Tires, Michelin, Hutchinson, Paulstra, Trelleborg, Joint français…), dans autant d’usines chimiques (Arkema, Rhodia, Basf, Ceca, L’Oreal,…), ou encore à Sanofi/Aventis, Plastic Omnium, Saipol… L’Energie est aussi concernée, avec la grève dans les centrales nucléaires de Chinon, Blayais, Tricastin, Flamanville et dans d’autres services d’EDF. Les 3 stockages souterrains gaziers de la région Centre, représentant 60% à 70% des capacités de stockage en France, ont été bloqués mercredi, n’émettant plus de gaz sur décision des grévistes, qui sont largement majoritaire parmi le personnel. Les salariés des 3 terminaux méthaniers de gaz naturel sont en grève. Les transports urbains de plusieurs villes sont touchés par la grève, les routiers organisent des blocages dans toutes les régions, les convoyeurs de fonds (Brink’s, Loomis) sont aussi dans l’action, et plusieurs aéroports ont été bloqués, notamment Roissy où 3000 manifestant-e-s se sont rassemblé-e-s à l’appel de la CGT et Solidaires. Saint Gobain, SVA, Isover, Baccarat, etc. les entreprises du Verre sont aussi dans la grève. La métallurgieégalement : Dura, Deshors, Ascométal, Atral, Tecumseh, Transrol, Bollhof, Camiva, Tivoly, KME, Gifa, Snecma… De même pour l’industrie alimentaire : plus de 700 établissements en grève le 19. La grève est reconduite depuis plusieurs jours dans environ 200 Collectivités Territoriales, elle touche les centres d’impôts d’un tiers des départements. Au Ministère de la culture aussi la mobilisation est forte, des manifestations sont organisées comme à la Bibliothèque Nationale de France ou au musée du Louvre. Education, Recherche, Ministère du Travail et des Affaires Sociales, … des grèves se poursuivent là aussi.

Les jeunes veulent pouvoir choisir un autre avenir

Si nous travaillons plus longtemps, les jeunes trouveront encore plus difficilement du boulot ! L’augmentation de la productivité depuis 20 ans, les énormes profits confisqués par une minorité, démontrent qu’il est possible, sans problème, de réduire le temps de travail, d’augmenter les salaires et pensions, et de fournir à chacun-e un emploi socialement utile. Voilà pourquoi les lycéen-ne-s, et maintenant les étudiant-e-s, participent à cette lutte sociale.

La violence gouvernementale est un aveu de faiblesse

Les interventions policières contre des grévistes se multiplient, souvent de façon violente. De même, la pression policière jusqu’aux portes des lycées relève d’une stratégie de tension que nous dénonçons.

Le MEDEF s’inquiète

Une nouvelle, qui montre que la grève nationale est utile : le patronat, par la voix de Mme Parisot, réclame que ça cesse ! Alors continuons, c’est le moyen le plus efficace pour que les patrons, de peur de perdre un peu trop de leurs profits, suggèrent au gouvernement de retirer leur projet commun de contre-réforme des retraites.

                                                                                                                                                                       Source : Solidaires

 

 

Pour lire le N°11, cliquez dessus

 

N°11

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Grève interpro

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche