Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 14:47

Une étude établit un lien entre la surcharge de travail des infirmiers et l'augmentation de la mortalité dans 300 hôpitaux européens.

 

INFIRMIERS. Les mesures d'austérité lorsqu'elles sont prises en milieu hospitalier peuvent avoir de funestes conséquences. C'est la conclusion de travaux publiés mercredi 26 février dans la prestigieuse revue médicale britannique The Lancet. L'étude s'est attachée à évaluer l'impact d'une surcharge de travail des infirmiers ainsi que leur niveau de formation sur la survie de patients admis en chirurgie.

L'étude a compilé les données d'hospitalisation de 422 730 patients âgés de 50 ans ou plus et opérés dans 300 hôpitaux de 9 pays européens (Belgique, Royaume-Uni, Finlande, Irlande, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suède, Suisse). Ces patients ont subi des opérations courantes comme celles de la hanche ou du genou, de la vésicule biliaire, des interventions vasculaires ou encore de l'appendicite.

Augmenter la charge de travail fait progresser de 7% le risque de mortalité du patient

Ces données ont été recoupées avec les résultats d'une enquête réalisée en 2009-2010 auprès de 26 516 infirmiers qui évaluait leur charge de travail ainsi que leur niveau de formation.

Résultat : augmenter la charge de travail fait progresser en moyenne de 7% le risque de mortalité du patient dans le mois qui suit son admission. Les chercheurs ont également mesuré que chaque année supplémentaire de formation des infirmiers était associée à une réduction de 7% du risque de décéder dans les 30 jours suivant l'intervention chirurgicale.

Certes, le nombre de patients morts à l'hôpital était très faible : en moyenne entre 1 à 1,5 %, selon les pays. Cependant, au sein d'un même pays, ce taux de mortalité varie largement, allant jusqu'à plus de 7 % dans les hôpitaux les plus mal lotis. Pour les auteurs de l'étude, c'est bien la surcharge de travail et le niveau de formation qui sont en cause.

Charge de travail et niveau de formation

Deux facteurs majeurs sont donc liés à cette mortalité plus élevée : une charge de travail plus importante et un niveau d'éducation plus faible des infirmiers ou des infirmières. La dotation en personnel et le niveau de formation varient grandement d'un pays à l'autre et même d'un hôpital à l'autre, notent les auteurs. En Espagne et en Norvège par exemple toutes les infirmières ont l'équivalent du niveau de licence contre seulement 28% en Angleterre. 

Dans les hôpitaux où chaque infirmière est chargée de six patients en moyenne et où 60%, ou plus, de l'équipe a le niveau licence, le risque de décès du patient dans les 30 jours est inférieur de presqu'un tiers à celui des établissements où chaque infirmière a à sa charge huit patients et où seulement 30% d'entre elles possèdent ce degré d'éducation.

Des économies qui affectent la santé des patients

À chaque patient supplémentaire par infirmier correspond une hausse de 7% du risque de mort pour le patient. Et, chaque augmentation de 10% de la proportion d'infirmière qualifiée niveau licence se traduit par une baisse de 7% de la mortalité, calculent-ils.

Les auteur avertissent que la réduction des effectifs infirmiers par souci d'économie pourrait affecter l'état de santé des patients. À l'inverse, mettre davantage l'accent sur l'éducation de cette profession pourrait réduire des décès évitables à l'hôpital.

"Ces résultats suggèrent qu'un niveau sûr de personnel infirmier pourrait contribuer à réduire la mortalité chirurgicale, et remettre en question l'idée largement répandue que l'expérience des infirmières et plus importante que leur formation/éducation", estime le Pr Linda Aiken (États-Unis, University of Pennsylvania's School of Nursing), premier auteur de l'étude.

Source: SUD Santé Sociaux APHP

 

Repost 0
Published by sud-chu-caen
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:55
Code du travail: La mobilisation est urgente
Repost 0
Published by sud-chu-caen
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:45
Législatives: Faisons entendre notre camp !
Repost 0
Published by sud-chu-caen
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:27

 

Le duo Macron Buzin, un danger pour la santé !
Repost 0
Published by sud-chu-caen
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:24
Repost 0
Published by sud-chu-caen
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 09:53
Repost 0
Published by sud-chu-caen
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 09:43

Stoppons la casse !

  • (Dossier central) 7e congrès de Solidaires : nos débats pour l’action de demain
  • (Double pages affichage) Soyons fièrEs !
  • Solidaires met en place une carte des suicides au travail
  • Appel à témoignages : Film sur la lesbophobie, la transphobie, l’homophobie au travail et dans le syndicat
  • Trois questions à Vies volées
  • Brèves
Repost 0
Published by sud-chu-caen
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 09:22

 le documentaire « Travailler encore » part à la rencontre de 10 Français, tous entièrement dévoués à leur métier.

Parmi eux, Fatima, une infirmière qui s’abîme la santé à force de dévouement et de surcharge au travail

Repost 0
Published by sud-chu-caen
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 09:18

La suppression de 120.000 postes de fonctionnaires, souhaitée par Emmanuel Macron, mais aussi le probable gel du point d’indice ont été au cœur mardi des premiers contacts entre les syndicats de la fonction publique et le ministre, Gérald Darmanin. 
La concertation a commencé par la mise à l’écart de SUD Solidaires, on se demande bien pourquoi...

La suppression de 120.000 postes de fonctionnaires, souhaitée par Emmanuel Macron, mais aussi le probable gel du point d’indice ont été au coeur mardi des premiers contacts entre les syndicats de la fonction publique et leur ministre, Gérald Darmanin.

Si la baisse d’effectifs est maintenue, ce sera un «point de rupture», a prévenu la CGT, tandis que pour la CFDT toute «modernisation» de la fonction publique passe «d’abord par une réflexion sur les missions», ont indiqué à l’AFP les deux syndicats à l’issue de leurs rencontres.

FO a confirmé à l’AFP l’intention du gouvernement de supprimer 120.000 postes et de rétablir «un jour de carence» pour les fonctionnaires, mais, selon son représentant, Christian Grolier, «le ministre accepte aussi un débat de fond sur les missions et le service public de demain, ce qui orientera l’objectif gouvernemental».

Pour Bernadette Groison (FSU) «le ministre a redonné sans surprise la feuille de route d’Emmanuel Macron. Il a tenté de nous rassurer, dit-elle, mais la dimension budgétaire va peser».

Juste avant de débuter, le ministre de l’Action et des comptes publics, également en charge de la fonction publique, avait affirmé sur RTL que cette suppression d’effectifs, sur le quinquennat, serait un engagement «tenu».

«Les grandes orientations, nous les contestons, et nous n’avons pas eu d’éléments qui précisent les choses», a déclaré à l’AFP Jean-Marc Canon, représentant de la CGT fonction publique, qui a débuté la série de rencontres en début de matinée à l’hôtel de Cassini, ancien ministère de la fonction publique.

«La baisse des effectifs, comme (le fait) de scinder la valeur du point d’indice (qui sert à calculer la rémunération des fonctionnaires, NDLR) en fonction des versants de la fonction publique (Etat, hospitalière, territoriale), font partie des actes qui, s’ils sont posés, constitueront un recul majeur et un point de rupture pour la CGT», a-t-il averti.

- Rendez-vous salarial -

Selon M. Canon, le ministre a par ailleurs indiqué qu’il n’y aurait «vraisemblablement pas de hausse de la valeur du point d’indice en 2017», ni rendez-vous salarial annuel. Un tel rendez-vous «pourrait être organisé au printemps 2018», a précisé un communiqué de la CGT plus tard.

Selon la CFDT, FO et la FSU, ce rendez-vous salarial, acté par l’ancien gouvernement, semble bel et bien prévu et pourrait se tenir avant la fin de l’année.

Mais «sans engagement sur le résultat», dit Mylène Jacquot (CFDT), «sans revalorisation du point d’indice à l’ordre du jour», précise Bernadette Groison (FSU) tandis que FO tient pour acquis le «probable gel du point pour 2018».

Ce point d’indice avait été revalorisé de 1,2% en 2016.

Interrogé par l’AFP, le ministère a indiqué que «des rencontres avec les organisations syndicales auront lieu avant la fin de l’année pour parler du pouvoir d’achat des fonctionnaires».

Le ministre a par ailleurs assuré dans un communiqué qu’il donnerait «la priorité à la discussion sur l’adaptation et la modernisation des missions», dans le souci d’un «dialogue permanent».

«On a dit nos attentes, on jugera aux actes», a déclaré Mme Jacquot, en saluant un ministre «plutôt à l’écoute».

«Nous n’irons pas autour d’une table pour discuter de comment on supprime 120.000 fonctionnaires. Si discussion il y a, elle doit être centrée sur les missions et la qualité du service public. Une modernisation aura des conséquences sur l’organisation du travail, les contenus, la formation (...) ce qui nécessite des accompagnements pour les agents», a-t-elle ajouté.

Les autres organisations syndicales seront reçues mercredi et la semaine prochaine. De nouvelles rencontres bilatérales sont prévues au mois de juin, avant une possible réunion plénière en juillet, selon les syndicats.

AFP

Source: Libération

Repost 0
Published by sud-chu-caen
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 18:59
Déclaration intersyndicale CGT FO SUD UNSA
Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche