Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 07:50

Lors de la Fête de la Rose, la ministre de la Santé et des Affaires sociales a abordé, sans tabous, la question de la réforme de la médecine de proximité : délégation des tâches, diversification de la rémunération, stages dans les déserts médicaux… Les premières décisions seront prises à l’automne. Mais les syndicats de jeunes médecins n’ont pas tardé à réagir.

 

Marisol Touraine a évoqué hier, dimanche, lors de la traditionnelle Fête de la Rose (fête du Parti socialiste) qui se tenait à Frangy-en-Bresse, dans la Saône-et-Loire, des nouvelles pistes concernant l’avancement du chantier de la médecine de proximité. Pendant son discours, la ministre de la Santé et des Affaires sociales a mis l’accent sur la collaboration entre les professionnels de santé et la délégation des tâches. « Je ne suis pas certaine qu'il faille être médecin pour faire tout ce que l'on demande aux médecins. Il y a des infirmières, des kinés, des sages-femmes », a-t-elle souligné, « qui sont pleinement engagées et dont le rôle peut être renforcé ». Elle souhaite, en effet, mettre en place « dans quelques semaines » « une expérimentation, qui permettra de redonner confiance dans la médecine de proximité, en valorisant le travail d'équipe dans les maisons de santé par exemple ». Marisol Touraine a ensuite exprimé sa volonté de mettre fin à la seule tarification à l'acte « pour valoriser la rémunération forfaitaire, qui permet de renforcer la prévention ». La ministre a néanmoins précisé que les premières décisions allant dans ce sens ne seraient pas prises avant l’automne. « Dans le même temps, les études de médecine devront imposer des stages dans les déserts médicaux », a affirmé Marisol Touraine. Cette dernière proposition a aussitôt fait réagir les syndicats de jeunes médecins. Dans un communiqué commun, l’ANEMF et l’ISNAR-IMG, se sont dites « convaincues » du fait que « la découverte des déserts médicaux au cours de la formation est une nécessité ». Tout en étant d’accord, sur ce point, avec la ministre, ils ont néanmoins émis des réserves notamment sur la difficulté de trouver un nombre suffisant de maîtres de stage dans ces régions désertifiées. « Ces zones sont sous dotées en médecins, il sera compliqué d’y trouver suffisamment de terrains de stage pour tous les étudiants en conservant un enseignement de qualité » peut-on lire dans le communiqué. Selon les syndicats, « l’éloignement du terrain de stage induit un surcoût souvent supérieur au salaire d’un externe ». Pour cette raison, ils réclament « une aide à la prise en charge de ces frais ». Les jeunes précisent enfin que ce stage « ne doit pas se substituer au stage de médecine générale ».

Source : legeneraliste.fr

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche