Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:53

Depuis début décembre, les cadres de santé paramédicaux manifestent. Ils devraient désormais obtenir une revalorisation de leurs salaires. Des négociations sur les statuts et les conditions de travail débuteront en janvier.

 

Rassemblés le 18 décembre devant le ministère de la Santé, avant de poursuivre une assemblée générale intersyndicale, les cadres en blouse blanche ont obtenu gain de cause sur une première revendication : le décret dit « de reclassement ». Ce dernier qui permet notamment une revalorisation de la grille indiciaire et des salaires devrait sortir fin décembre.

«  Il devait être publié avant le 30 juin pour entrer en vigueur le 1er juillet. Ce retard pénalise les cadres car aucune rétroactivité n’est possible », explique Jean-Luc Le-Quernec- Bosson, secrétaire général du Syndicat Sud Santé AP-HP, après avoir été reçu avec plusieurs collègues par Michèle Lenoir-Salfati, adjointe à la sous-direction des ressources humaines et par Sébastien Leloup de l’ARS (Agence Régionale de Santé). « Ce décret était déjà prêt avant les présidentielles. A croire que Xavier Bertrand l’a emmené dans son attaché-case », souligne-t-il avec une pointe d’humour.

Certes, il ne s’agit encore que d’un premier sparadrap pour panser le mal-être croissant des cadres en blouse blanche. Dérives sur le temps de travail, flou juridique autour des gardes et astreintes « administratives », forfaitisation quasi-automatique des heures de RTT,… : les sujets de revendications et de conflits se sont accumulés.

Le six décembre dernier, ils ont ainsi fait irruption dans une salle de réunion de la direction de l’hôpital Saint-Antoine. Le lendemain, ils étaient présents à un CTEC (Comité technique d’établissement central) au siège de l’AP-HP et les premières négociations ont ainsi débuté avec Christian Poimboeuf, directeur des ressources humaines.

 

Les « mardis des cadres »

 

«  Nous avons refusé le principe du groupe de travail, des comités « pot-au-feu » dont rien ne ressort au final et nous avons obtenu la mise en place de négociations au ministère qui se tiendront tous les mardis matin en janvier », explique Jean-Luc Le-Quenec- Bosson.

Le calendrier a été acté pour les quatre prochaines réunions : négociations sur le temps de travail, puis définition statutaire des gardes et des astreintes, plan de résorption des faisant-fonction de cadres (FFS), avant de discuter du positionnement des cadres dans l’institution et des conditions de travail.

« Avec la réduction du nombre de cadres paramédicaux, les établissements nous imposent des gardes, ce qui consiste à faire le travail des administrateurs de garde, à redéployer le personnel en fonction des besoins les nuits, les week-ends,… Or ni les gardes ni les astreintes téléphoniques depuis le domicile n’existent sur le plan statutaire  », explique Michèle Laplanche de la CGT.

Ainsi les rémunérations des « gardes » vont de 25 à 300 euros, selon l’établissement. Cette dernière critique « le manque de concertation et de dialogue social lié à la complexité du système hiérarchique mis en place par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) ». « Les conditions de travail se sont détériorées », insiste Jean-Luc Le-Quernec-Bosson qui rappelle que le suicide d’un cadre de santé de l’hôpital Bichat en 2008 vient d’être reconnu comme « imputable au service ».

 

Source: actusoins;com


 

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche