Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:34

Des témoignages font part de pénuries de draps propres dans des hôpitaux parisiens, forçant même le personnel soignant à demander à un patient de venir avec son propre duvet.

«On a l'impression d'être dans le Tiers Monde», a témoigné sur France Inter Claire, la mère d'une patiente adolescente hospitalisée en urgence à la Pitié-Salpêtrière à Paris après avoir découvert qu'il n'y avait plus de draps propres dans le service. «L'aide soignante m'a dit, Madame, il faudra amener un duvet ou une couverture, il n'y en a plus. C'était pour le personnel une situation qui avait l'air habituelle,» a poursuivi la mère.

Un témoignage corroboré à l'antenne par celui d'un médecin, resté anonyme: «Certaines nuits ou certains jours on a été dans l'impossibilité de trouver dans notre unité des draps et il a fallu se livrer à la débrouille pour en trouver.»

Sans parler de l'image du système hospitalier en général, du simple point de vue de l'hygiène, le fait de demander à des patients de venir avec leurs propres draps comporte des risques, à la fois pour les patients, mais aussi pour le personnel soignant. «Ca peut à la limite aller si la personne lave ses draps dans les règles, en les faisant bouillir, mais c'est vraiment quelque chose qui est trop aléatoire,» précise au Figaro Michèle Aggoune, cadré hygiéniste au centre de coordination de lutte contre les infections nosocomiales de Paris-Nord. «On considère de toute façons que les draps sales sont porteurs de germes, car il peut y avoir des transferts de surface à surface, notamment entre les draps et les blouses du personnel.»

«Cette histoire donne une image catastrophique de l'hôpital, mais il ne faut pas penser que c'est de l'indigence, ce sont plutôt des problèmes liés à la mise en place d'une organisation qui se veut plus efficace,» décrypte pour le Figaro un spécialiste du milieu hospitalier parisien. «Depuis un peu plus d'un an, la distribution de la blanchisserie à l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris(APHP) se fait à flux tendus, pour éviter que les services ne stockent trop de draps, ce qui finit par coûter cher pour rien» poursuit l'expert.

«Je ne peux pas affirmer qu'il n'y a pas eu ici ou là des dysfonctionnements internes dans certains services, car l'APHP est une grande maison, mais ce ne sont pas des événements récurrents sur lesquels nous aurions des retours réguliers,» assure Jean-Charles Grupeli, directeur du service central des blanchisseries de l'APHP. Ce responsable confirme en revanche que de nouvelles procédures de traçabilité et des campagnes sont en cours pour réduire ce qu'il appelle «l'évaporation de draps».

L'hôpital public cherche en effet à réduire les pertes de draps dans les services hospitaliers, soit quand le personnel «met directement à la poubelle des draps très souillés qui pourraient être lavés» ou par des vols à divers niveaux de la chaine de distribution. «Il y a un an et demi, nous avons eu un pic de difficultés, reconnait Jean-Charles Grupeli, mais depuis six mois, les choses se sont arrangées.»

Signe des efforts que fait l'administration pour maintenir la qualité de ses services, l'APHP a dépensé 910.000 euros l'année dernière pour acheter 165.000 draps propres. Rien que pour les mois de janvier et février 2012, la dépense est déjà de 200.000 euros, soit plus de 30% par rapport à l'an dernier.

 

Partager cet article

Repost0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche