Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 19:14

Un terrible drame s'est noué hier pour une famille lotoise. Une femme, domiciliée dans la région de dans le Lot, qui se rendait à la maternité de l'hôpital de Brive en Corrèze, pour y accoucher, a donné naissance à son enfant durant le trajet qu'elle faisait avec son compagnon.

C'est en arrivant, peu après 12h40, au niveau de la barrière de péage de Montfaucon, sur l'autoroute A 20, que le Samu de Cahors, les pompiers ainsi que les gendarmes ont découvert le corps sans vie du nouveau-né.

La mort naturelle a été confirmée et l'affaire ne devrait pas connaître de suite judiciaire, selon le parquet de Cahors que nous avons réussi à joindre hier soir.

Reste que ce nouveau drame pose la question de la présence des maternités sur le département.

 

Depuis le mois de mai 2009, la maternité de l'hôpital de Figeac a fermé ses portes, après celle de Gourdon, quelques années auparavant. Cahors, au sud du département, reste donc la dernière maternité du Lot.

Selon nos informations, la mère de famille aurait rencontré, hier matin, son gynécologue à Figeac. Son accouchement était bien prévu à Brive, à une heure de route de Lacapelle-Marival. Bien qu'enceinte de seulement 7 mois, le praticien, craignant l'arrivée imminente du bébé, lui aurait conseillé de se rendre rapidement à l'hôpital de Brive, réputé pour la prise en charge des accouchements difficiles. La jeune femme n'a pas pu arriver à temps…

Quatre maternités, toutes à 1 heure

 

Elle avait, en théorie, quatre destinations possibles pour mettre au monde son enfant : Brive, Cahors, Villefranche-de-Rouergue ou Decazeville, toutes situées à une heure de chez elle. Un délai trop long qui repose le débat de l'inégalité des chances, entre les territoires pour la santé.

Une récente étude montre qu'en moyenne, les femmes françaises disposent d'une maternité à 17 minutes de leur domicile, les Lotoises sont à 35 minutes C'est le 2e département le moins bien loti de France… Une famille vient sans doute d'en payer le prix fort.

Hier, le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Martin s'est déclaré «bouleversé par ce drame». Il a souligné avoir déjà «dit les risques liés à la fermeture de la maternité. Un centre médical de périnatalité a été maintenu. Des accouchements ont eu lieu depuis à Figeac. Mais ce n'est pas sa mission. Lui-même est difficulté.» De fait, M. Malvy a demandé «expressément à l'Agence régionale de Santé de nous en transmettre les conclusions intégrales

 

Accouchement dramatique sur l’A20 : Hollande exige une enquête administrative !

 

 

Après la tragédie qui a frappé une famille lotoise ce vendredi, François Hollande est monté au créneau en exigeant une enquête administrative afin de « tout connaitre des circonstances du drame ». Hier, une jeune femme de Lacapelle-Marival n’a pu arriver à temps à la maternité de Brive et a accouché sur le trajet, en pleine autoroute A20. Les secours n’ont pu que constater le décès du nourrisson.

 

Ce drame pose une nouvelle fois la question de la désertification médicale. Dans le Lot, les maternités de Figeac et Gourdon ont successivement fermé leurs portes ces dernières années, ne laissant aux futurs parents que Cahors et Brive comme options.

 

Le Président de la République a déclaré devant le congrès de la Mutualité française ce samedi qu’il ne faut « rien accepter en matière de désert médical » et qu’« aucun Français ne doit se situer à plus de 30 minutes de soins d'urgence ». Selon lui, « dans certaines zones rurales, dans certains quartiers difficiles, il est devenu compliqué et parfois même impossible d'avoir recours à certains spécialistes dans une durée raisonnable, voire de trouver un généraliste, et même d'accéder en temps utile à des structures de soins ».

 

Ce vendredi, le président de Région Martin Malvy a également réclamé une enquête auprès de l'Agence régionale de Santé.

 

COORDINATION REGIONALE DES COMITES DE DEFENSE DES HOPITAUX ET MATERNITES DE PROXIMITE

Le 20 Octobre 2012

 Il est malheureux de constater qu'il a fallu un drame (décès d'un nouveau-né entre Figeac et Bive), pour que les médias nationaux s'emparent des déserts médicaux hospitaliers.

Dans la région nous avions alerté les pouvoirs publics à propos du désert obstétrical du nord de notre région.

En effet après les fermetures ces dernières années des maternités de Gourdon, Saint-Céré et Figeac, on a voulu fermer celle de Decazeville.

Les habitants, les élus, les personnels, les syndicats, le Collectif Tous Ensemble se sont bien battus et la maternité et la chirurgie ont été prolongés pour 5 ans cette année .

Un deuxième désert à l'Est de l'Aveyron a failli se faire entre Saint-Affrique et Montpellier; évité à plusieurs reprises grâce à nos militants, aux élus, aux syndicats de Saint-Affrique.

Un troisième est au sud de Lannemezan qui demande la réouverture de la maternité.

Un quatrième est au sud de l'Ariège après la fermeture de Lavelanet. un cinquième à l'Ouest du Gers (après la fermeture de Condom) et le cinquième et dernier qui se prépare avec la fermeture de Lourdes après celle de Bagnères de Bigorre.

 

La Coordination a enfin été écoutée et entendue toute la journée sur France Info et France Inter... par la voie de notre Président.

Depuis longtemps notre organisation a fait part de ses réflexions et de ses propositions, sur les restructurations hospitalières, et la médecine de proximité, très rarement reprises par les médias.

 

Le Conseil régional et notre coordination régionale ont demandé à plusieurs reprises un moratoire sur les restructurations (2/3 des maternités fermées, 35000 postes supprimés entre 2009 et 2012...). Nous n'avons jamais été reçus par le Directeur de l'ARS.

 

Aucune étude n'a été faite sur les bénéfices et conséquences des restructurations effectuées.

Seulement une étude de la FHF avec Dexia (10 ans de recomposition hospitalière 2009), qui montre "une absence de vision d'ensemble et une forte emprise du facteur humain".

 

Une autre sur les fusions d'établissements par l'IGAS en Juillet dernier:" beaucoup de fusions échouent dans l'atteinte de leurs objectifs"," D'un point de vue financier, la fusion n'est pas non plus l'outil "le plus pertinent pour réduire les déficits hospitaliers"

 

Enfin les études sur les concentrations et la qualité des soins ne montrent pas toujours un bénéfice financier et une amélioration de la qualité des soins?

-"Une forte concentration de l’activité dans de grands centres (qui sera coûteuse à mettre en œuvre ) aura des répercussions en termes d’accès aux soins et peut engendrer des effets pervers liés aux situations de monopole","Il peut y avoir peu de bénéfice à concentrer l’activité au-delà d’un certain point" (CAS Juin 2010)

-"L’impact du volume sur les résultats diffère selon la technicité des soins et semble s’atténuer au fur et à mesure que l’activité augmente. L’intensité de la relation entre le volume et les résultats varie d’une intervention à l’autre mais ce lien n’est linéaire pour aucune prise en charge. Le volume d’activité constituerait donc un levier d’action pour améliorer les résultats dans certains domaines, mais il y aurait peu de bénéfice à concentrer l’activité au-delà d’un certain point" (IRDES décembre 2009).

 

En clair certaines activités chirurgicales ou obstétricales courantes peuvent demeurer sans risque au sein d'hôpitaux de proximité, à condition que les praticiens maintiennent leur qualification en allant régulièrement à l'hôpital de référence le plus proche Centre Hospitalier ou CHU.

 

Pour les technocrates qui nous régentent, et qui ne connaissent rien au problèmes du terrain, seul compte la maitrise comptable. Après les fermetures de blocs opératoires et de maternités ayant une activité insuffisante à leur yeux, ils n'hésitent plus à fermer des hôpitaux entiers (Lourdes par exemple) et des maternités de plus de 500 accouchements (Ivry, les Lilas, les Bluets....). L'argument critiquable d'une activité insuffisante n'existe même plus !

 

La France en nombre de lits hospitaliers (médecine, chirurgie, obstétrique), n'est pas sur-dotée; elle est dans la moyenne haute européenne. Elle est par contre sous-dotée en personnel hospitalier non soignant et infirmier.

 

Il faut stopper les restructurations, nous redemandons un moratoire des fermetures et suppressions de postes, une analyse des précédentes opérations de leurs coûts de leur efficience et surtout avec les professionnels et les usagers une analyse des besoins

 

2 réactions du courrier des lecteurs de "La dépêche"

 

"Pas besoin d'enquête: on dit merci au capitalisme."

"A force de fermer les maternites il fallait bien que cela arrive!"

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche