Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 08:33

Une partie des enseignements se fait par vidéo. Des étudiants en soins infirmiers font grise mine

Des cours filmés à la fac de médecine de Marseille au lieu d'un vrai prof devant l'amphi. Des étudiants infirmiers aixois se plaignent d'une pédagogie au rabais.

 Des cours filmés à la fac de médecine de Marseille au lieu d'un vrai prof devant l'amphi. Des étudiants infirmiers aixois se plaignent d'une pédagogie au rabais.

 

 Devant le traditionnel tableau vert, un enseignant universitaire, craie en main, explique la numération sanguine. Les chiffres s'ajoutent aux chiffres. Dans le grand amphi de l'Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) d'Aix-Montperrin, une petite dizaine d'étudiants de 1re année (le cycle en comporte trois) prend des notes sans piper mot. Pas de questions-réponses à l'ordre du jour et pour cause. Le prof de biologie n'est pas dans la salle, ni même ailleurs en visioconférence. Ce à quoi les élèves infirmiers aixois assistent ce jour-là, c'est l'un des tout nouveaux cours par DVD.

 En clair, un enseignant de la faculté de médecine de Marseille a été filmé il y a quelques mois donnant son cours magistral. Lequel a ensuite été enregistré par une société de production audiovisuelle, gravé et distribué à la petite vingtaine d'Ifsi de l'académie. La démarche vaut pour les unités d'enseignement (UE) dites "transversales", comprendre des savoirs universitaires nécessaires mais connexes au coeur du métier d'infirmier. Pour celui-ci, des formateurs continuent à venir devant les étudiants. En chair et en os.

 

Il n'empêche, la douche a été plutôt froide pour les élèves infirmiers aixois qui, en cette rentrée 2012, essuient les plâtres de ces cours d'un nouveau type. "Il n'y a aucune interactivité, si on est perdu, impossible d'interrompre le prof pour demander une précision, regrette Clémentine (1). Pour une profession qui prône l'humain et le contact, là, on en est carrément loin." À ses côtés, Valérie précise : "Suivant les jours, le DVD clignote, s'arrête, certaines images sont floues, on doit baisser la lumière pour distinguer le film mais du coup, on n'y voit plus rien pour prendre des notes."

 Mais au-delà du simple confort, c'est évidemment la pédagogie elle-même qui inquiète les deux étudiantes. Les cours universitaires diffusés par DVD touchent des matières allant des sciences humaines (psycho, socio, anthropologie...) aux sciences dures, comme la biologie fondamentale. "Pour quelqu'un comme moi qui vient d'une formation littéraire à l'origine, je peux vous dire qu'il faut carrément s'accrocher pour suivre, sans aucune possibilité de se faire préciser les choses, poursuit Valérie. D'ailleurs, je le vois bien autour de moi, je ne suis pas la seule qui, petit à petit, décroche." Une plate-forme de soutien en ligne, gérée par Aix-Marseille université, devait être mise à disposition des étudiants infirmiers. "Pour l'instant, rien n'est encore lancé, alors que les cours ont déjà commencé depuis bientôt un mois", assure Clémentine.

 

L'arrivée des cours filmés est en fait une conséquence directe d'un changement national dans l'organisation de l'enseignement en soins infirmiers. La profession était en demande d'une meilleure reconnaissance du rôle de l'infirmier. Leur formation a donc été "universitarisée", rentrant dans le système licence-master-doctorat. Un infirmier diplômé sort désormais avec un grade de licence. Contrepartie, une partie des cours doit être délivrée par des enseignants universitaires, là où auparavant des formateurs en soins infirmiers suffisaient.

 Or, les profs universitaires, ça coûte cher et il n'y en a pas un volant extensible à l'envi (lire ci-dessous) - surtout lorsqu'on connaît l'état des finances de l'Université (voir notre édition de samedi 6 octobre). Mais la solution alternative des DVD ne satisfait donc guère les étudiants infirmiers. "On est totalement contre ce système, il n'y a aucune interactivité, pédagogiquement c'est nul et les conditions de visionnage sont le plus souvent pourries", résume lestement Jonathan Catinaud, vice-président de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers. Laquelle demande d'ailleurs purement et simplement l'abandon du système.

 

"L'interaction, elle va y être a posteriori, assure aujourd'hui Danielle Orsini, directrice de l'Ifsi Aix. Des formateurs, des médecins viendront à l'institut pour animer des TD (travaux dirigés, Ndlr) où les étudiants pourront revenir sur les points qui leur posent problème."

 En attendant, des écoles voisines de l'Ifsi Aix auraient déjà fait des choix différents, assurent Clémentine et Valérie : "Dans d'autres instituts de formations, les DVD ne sont qu'un support pour les formateurs, qui les visionnent pour appuyer leurs cours dessus, mais on n'y laisse pas les étudiants seuls face à des vidéos."

 

Les futurs infirmiers n'ont, semble-t-il, pas fini de ruer dans les brancards...

 

Source: La provence

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche