Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 18:03

PARIS, 28 septembre 2012 (APM) - Le chef des urgences de l'hôpital Saint-Louis, le Dr Pierre Taboulet, a présenté le 17 septembre sa démission de ce poste, déplorant que le service dispose de moyens "insuffisants" et "inadaptés en regard de l'activité qui ne cesse de croître et de se compliquer". Il a adressé son courrier, dont l'APM a eu copie, à la direction de l'hôpital, ainsi qu'à la directrice générale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Mireille Faugère.

 "Je pars et j'espère que mon départ sera l'occasion d'une prise de conscience pour l'AP-HP. La prise de conscience qu'une remise à plat des missions, du fonctionnement et des moyens attribués aux urgences de CHU [centre hospitalier universitaire] est indispensable. Il n'est jamais trop tard", écrit l'urgentiste. Agé de 53 ans, il était responsable du service depuis 1994.

 

Le Dr Taboulet regrette d'avoir été confronté, "comme partout", à un manque de lits "dans l'hôpital ou à l'extérieur". "L'activité la plus inutilement consommatrice de temps consiste donc à rechercher des lits ou à éviter des hospitalisations complètes", ajoute-t-il.

Il pointe un effectif d'urgentistes et d'infirmiers "insuffisant" compte tenu de l'augmentation de l'activité de consultation et d'hospitalisation. Il déplore un nombre "considérable de jours supplémentaires" réalisés et non rémunérés, des gardes de 14 ou 15 heures "épuisantes et mal payées", une baisse du nombre d'étudiants hospitaliers et d'internes. Il constate une "valse des cadres" infirmiers, supérieurs et de pôle, affirmant que "tous ont changé en moins d'un an".

 

Le médecin affirme que "le doyen n'accorde aux urgences de Saint-Louis aucun moyen universitaire, de façon particulièrement injuste", au regard des moyens alloués aux hôpitaux Lariboisière et Bichat (situés dans l'AP-HP également), et des appréciations données par les étudiants.

Il juge les conditions de travail "pénibles", citant un "ratio de productivité inflationniste", l'absence de lumière du jour, des bureaux et vestiaires "très insuffisants", un manque d'espace pour les soins et l'attente des malades, des lits portes inadaptés pour les immunodéprimés, et une "informatique et téléphonie démodées et exaspérantes".

"En conséquence, les temps d'attente aux urgences s'allongent, les lits portes sont saturés et la prise en charge des malades n'est plus satisfaisante", observe-t-il.

 

Il quitte également son poste "car la typologie des malades a changé" et sa "compétence médicale ne trouve plus son emploi". Il décrit une précarité qui a "envahi l'univers des urgences", des malades s'y rendant sans que leur état le justifie, ou encore des patients chroniques se présentant avec un dossier incomplet que le médecin doit reconstituer lui-même.

"Le système est périmé, figé, déprimant", résume-t-il. Il ne souhaite pas critiquer ses collègues spécialistes, ni la direction de l'hôpital "car chacun fait de son mieux". Il salue "le dévouement" des urgentistes et du personnel paramédical, soulignant qu'ils "font un travail remarquable".

 

DEMISSION "PREPAREE DEPUIS PLUSIEURS MOIS"

 

 

La démission du Dr Taboulet n'a pas constitué une surprise pour l'établissement, et était même "préparée depuis plusieurs mois", a expliqué vendredi à l'APM Rémy Nizard, le président de la commission médicale d'établissement (CME) locale du groupe hospitalier Saint-Louis-Lariboisière-Fernand-Widal.

 

Le praticien continuera à exercer dans le même service, désormais dirigé par son ancien adjoint, le Dr Jean-Paul Fontaine.

Rémy Nizard a affirmé qu'il n'avait pas à émettre de jugement sur la décision de l'ancien chef des urgences. Il a simplement considéré que sa lettre portait davantage sur l'état des urgences en France que sur la situation particulière de Saint-Louis.

Il a ajouté que le nombre de passages aux urgences avait augmenté de 0,1% dans l'établissement en 2011-12, alors qu'il croît en général de 2% par an au niveau national.

 

 

S'agissant des effectifs du service, s'ils n'ont "pas augmenté de façon faramineuse" ces dernières années, ils n'ont pas non plus diminué, et tous les postes budgétés ont été alloués, a-t-il ajouté. Un médecin chargé de la coordination entre les urgences et les services d'aval est en cours de recrutement.

 

Egalement contactée vendredi, l'AP-HP a affirmé que la direction considérait la démission du Dr Taboulet comme un événement important, et qu'elle était consciente de la très forte implication du personnel des urgences.

 

 

Elle a fait valoir que le travail sur le lien ville-hôpital était un axe prioritaire pour l'AP-HP, et que cette démarche était illustrée par le projet du nouvel Hôtel-Dieu. Elle a ajouté qu'il en allait de même pour l'amélioration de l'aval des urgences. Sur ce thème, un travail est engagé avec la collégiale des urgentistes.

 

 

Le Dr Taboulet doit être reçu "dans les prochains jours" par la direction générale de l'AP-HP.

 

Source : SMUF  Société Française de Médecine d'Urgence

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche