Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 09:44

 

Pour lire, ou télécharger, le communiqué en PDF, cliquez sur celui ci

 

 

Accord de Wagram

 

Rien contre le chômage, le Medef a bloqué toute avancée pour les salariés dans cet accord signé par une minorité syndicale

 

Emploi : à gauche du PS, l’accord syndical fait l’unanimité contre lui

 

Le Medef et Cahuzac dʼaccord pour dynamiter les retraites

 

 

L'accord sur l'emploi relance l'axe CGT-FSU-SUD


Les principaux acteurs auront changé, mais la convergence entre la CGT, la FSU et SUD, mise entre parenthèses ces derniers mois, est ravivée par l’opposition partagée à l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 relatif à la sécurisation de l’emploi.

 

L’axe initié par Gérard Aschieri et Bernard Thibault revient d’actualité, alors que le premier a cédé les rênes de son syndicat à Bernardette Groison et que le second s’apprête à passer le relais à Thierry Lepaon, à l’occasion du 50e congrès convoqué du 18 au 22 mars à Toulouse. La FSU, qui n’avait pas accès à la négociation, considère le texte avalisé par la CFDT, la CFTC et CFE-CGC comme néfaste. L’unique bénéficiaire n’en serait que le Medef. « L’intransigeance patronale est totalement inadaptée pour répondre à la crise économique et sociale », analyse la FSU en s’appuyant sur des statistiques de l’Acoss : « sur 19 millions d’embauches, 12 millions ont été des recrutements en CDD de moins d’un mois, 4 millions des CDD de plus d’un mois et 3 millions en CDI. » Un parfait écho au refus de la CGT pour qui « ce texte marque une grave régression des droits sociaux », car « il contient de multiples dispositions pour faciliter les licenciements et accentuer la flexibilité ». La FSU appelle déjà à la constitution d’un front du refus. « Il est désormais nécessaire de travailler à la construction de propositions convergentes, unitaires, répondant à la situation dramatique du travail que nous vivons. Nous sommes prêts à y contribuer », lancent les dirigeants en se tournant vers Montreuil et vers SUD, lui aussi farouchement opposé à l’accord du 11 janvier, qualifié d’« inacceptable », car il « institutionnalise davantage la précarité, en se dégageant des obligations du licenciement économique ». Les trois syndicats ayant précédemment déclaré partager « des valeurs communes, avec des points de vue différents ». Ils avaient amorcé un rapprochement institutionnel en 2009, réactivé en 2011 par un programme de travail portant sur l’avenir du syndicalisme, notamment au sein de la jeune génération, la formation tout au long de la vie et l’accompagnement social de la petite enfance. Des colloques avaient été organisés dans ce cadre. Reste à voir si les « mobilisations » promises séparément par la CGT et par SUD rejoindront « les propositions convergentes, unitaires » prônées par la FSU. Et surtout si ce combat d’arrière-garde portera ses fruits. Bernard Thibault a beau inviter le gouvernement à travailler sur « un projet de loi d’une toute autre nature » et les parlementaires à « ne pas transposer à l’aveugle » le texte de l’accord, l’enjeu pour le président François Hollande paraît trop stratégique pour ne pas discipliner les élus du groupe socialiste. Outre les membres de l’exécutif, le président du Sénat, Jean-Pierre Bel et le secrétaire général du Parti socialiste Harlem Désir s’y emploient déjà.

Source : Gestion sociale

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen - dans Un monde de luttes

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche