Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 07:45
Faute d'anesthésiste pédiatre au CHU de Caen, une mère fait opérer son bébé en urgence à Rouen

« La pédiatre de la crèche de mon fils m’alerte sur son état de santé. Je me rends à 15 heures au CHU et à 22h30 un médecin nous annonce qu’il doit subir, sans délai, une ponction sous anesthésie générale pour enrayer une infection en cours d’évolution à sa hanche. Il nous précise que c’est impossible au CHU puisque durant au moins trois jours aucun pédo-anesthésiste n’est présent sur le site ! Il nous recommande donc de nous rendre au plus vite au CHU de Rouen ».

Il y a une faillite de l'hôpital

L’enfant a donc été conduit par la famille à Rouen « où nous avons été très bien accueillis » précise Stéphanie Yon-Courtin, mais elle ne décolère pas contre l’hôpital caennais qui « ne dispose pas d’une permanence de pédo-anesthésiste ».

Devant le personnel médical, elle n’a pas fait état de sa qualité d’élue. Mais elle ne veut en rester là : « Aujourd’hui je me dois d’obtenir des explications ! Pour tous les parents parce qu’il y a une faillite de l’hôpital. Nous avons eu la chance de disposer de quelques heures pour aller à Rouen mais imaginons qu’un bébé est dans une urgence vitale d’une heure ? Que se passe-t-il ? Comment aller jusqu’à Rouen ? ». Stéphanie Yon-Courtin a donc écrit au Directeur du CHU et adressé des copies au ministère de la Santé et à l’Agence régionale de santé pour obtenir des explications.

Que les politiques prennent les bonnes mesures ! – Christophe Kassel, directeur du CHU de Caen

La direction du CHU de Caen n’a pas encore pu répondre par écrit à Stéphanie Yon-Courtin. Mais Christophe Kassel, le directeur-général, a accepté d’expliquer la situation à France Bleu. « Je comprends que cette situation puisse surprendre. Mais nous avons un système de transfert possible que nous utilisons en cas de besoin avec nos voisins des CHU de Rouen et Rennes », explique-t-il.

Des transferts décidés au cas par cas après contacts entre les chirurgiens des établissements concernés. Si besoin « les transferts se font par hélicoptère » précise le directeur. Ces absences ponctuelles d’anesthésistes pédiatriques (les seuls à pouvoir pratiquer une anesthésie d’enfant de moins de 12 mois) s’expliquent par une pénurie de médecins hospitaliers. En particulier deux postes vacants de pédo-anesthésistes au CHU.

« Je voudrais que tous les politiques, droite et gauche, puissent évoquer les conditions de rémunérations des médecins hospitaliers publics par rapport au privé. La concurrence est forte, certains diront éhontée ! Que les élus réfléchissent aussi aux clauses de non-concurrences. Il y a pourtant des leviers. Des textes de lois votés mais on attend toujours les décrets d’applications » conclue le directeur du CHU de Caen. Confronté à une fuite des médecins et à certains désagréments désormais perceptibles par les patients.

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche