Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 13:49

A l'Université de Caen, la CGT vient de révéler (lire ICI) qu'une poignée de 5 responsables se sont partagé des dizaines de milliers d'euros de primes en 2016. Pendant ce temps, ils font appliquer une politique de rigueur sur les campus.

 

Environ 500 000 € de primes ont été distribués en 2016 aux personnels de l'Université, qui totalise 1 175 agents et salariés. Pragmatiquement, un rapide calcul permet de déterminer que cette somme correspond à une moyenne de 425 € de prime annuelle par personne, soit la bagatelle de 35 € par mois ! Mais là où la théorie ne laisse que peu de reconnaissance au travail quotidien de centaines de personnes, la réalité revêt à la fois la forme d'une injure et surtout d'un scandale.

 
Sur ces 500 000€, 157 000 € sont destinés à... 5 personnes ! Autrement dit, 31,4% du total des primes sont versées à 0,43% des bénéficiaires. Voici les détails du podium (et dont l'identité est facile à trouver sur le site de l'Unicaen) :
  • la Directrice générale des services -> 43 000 €
  • l'Agent comptable -> 36 000 €
  • le Directeur général des services adjoint -> 33 000 €
  • le Directeur des ressources humaines -> 27 000 €
  • et le Directeur de la recherche et de l'innovation -> 18 000 €
Il faut donc des privilèges de PDG ou de femme de député véreux pour diriger une université aujourd'hui. Un symbole éloquent de ce que devient l'enseignement supérieur : une institution au service des capitalistes, avec ses managers grassement payés pour faire le sale boulot. Du fric, à défaut de dignité. Difficile de ne pas avoir la nausée face à l'action de cette cohorte de voleurs et d'escrocs qui s'engraissent d'argent public tout en dilapidant les institutions qu'ils sont censés diriger.

Car l'Université va mal, toujours mal. Et la politique actuelle l'envoie droit dans le mur. On a d'ailleurs pu voir des mobilisations d'étudiant-e-s se constituer ces dernières semaines, parvenant à bloquer la cérémonie des vœux du nouveau Président de la fac le 30 janvier et réunissant début février près de 200 personnes lors d'Assemblées générales. On y dénonce les choix des dirigeants de l'université et du Gouvernement, comme par exemple les menaces de suppressions de filières entières avec en premier lieu les sciences humaines, la disparition prévue de plusieurs bibliothèques universitaires, un usage "autonome" mais néfaste des locaux allant à l'encontre des conditions d'étude et de travail, les projets de vente de campus entiers à Caen (soit-disant pour faire face à... la pression fiscale !), les sélections à l'entrée en Master, et encore et toujours des frais d'inscription qui s'envolent ! Au moins, on sait désormais où va l'argent.

Ces dirigeants sont également responsables des pressions managériales que subissent les salariés de la fac, et des attaques actuelles contre les formations de sciences humaines, jugées trop coûteuses et contribuant trop peu au rayonnement de l'Université. 

A Racailles, on vous décrit depuis notre création (lors d'un mouvement étudiant en 2007) ces mécanismes d'augmentation des frais d'inscription et les dérives du système d'enseignement supérieur, orienté à marche forcée vers des logiques de rentabilité, d'inégalités d'accès et de privatisation rampante. Et oui, il faut li-bé-ra-li-ser et casser à tout prix cet insupportable service public de l'éducation, de la connaissance, du savoir et de la recherche qui ne créerait que d'inutiles chômeurs... Les années passent, les discours et politiques restent.

Mais les résistances sont tenaces ! Alors soutenez les étudiant-e-s et les personnels qui tentent de se mobiliser, notamment en allant sur la page Facebook "Défendons nos BU et nos conditions d'études et de travail"

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche