Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 09:40

Le conseil d'administration de l'institut Gustave Roussy a voté contre la nomination comme directeur général adjoint de Frédéric Varnier, conseiller de la ministre de la santé. Au dela du sort du conseiller qui tente de se recaser, deux projets différents de pôle anti cancer.

 

La bataille fait rage à l'Institut Gustave Roussy depuis plusieurs semaines. Ce mercredi 14 décembre, elle éclate publiquement puisque le conseil d'administration du centre de recherche anti-cancer a émis un vote négatif au parachutage du conseiller de Marisol Touraine, Frédéric Varnier, dans sa direction, comme numéro deux de l'établissement, au poste de directeur général adjoint.

Au départ, il y a la petite opération, habituelle à l'approche d'une élection présidentielle, - à fortiori quand plane l'hypothèse d'une défaite - qui consiste pour les membres des cabinets ministériels, les conseillers, de chercher à se recaser avant qu'il ne soit trop tard. La ministre de la santé, Marisol Touraine, dans ce contexte, veut nommer son conseiller Frédéric Varnier au poste de directeur général adjoint du centre français anti-cancer.

 

Deux projets différents

 

Mais la chose n'est pas gagnée. Car, au delà du sort du conseiller qui cherche un point d'atterrissage, le "patron" depuis 2010, de l'Institut Gustave Roussy, le docteur Alexander Eggermont, cancérologue néerlandais mondialement connu, mène un projet de "pôle cancer européen" de dimension mondiale, avec le soutien déja acquis de l'Europe.
Or, en France, les centres de lutte contre le cancer, regroupés dans une association (Unicancer), défendent un autre projet, plus franco-français. Il semble que le conseiller Frédéric Varnier soit, lui, plus proche de cette option. Ce qui explique le vote du conseil d'administration.

Le vote du conseil d'administration n'est que consultatif. La ministre peut donc - et sans doute le fera-t-elle -, passer outre et nommer son conseiller. Le professeur Eggermont a déja indiqué que, dans ce cas, il se donnerait un an pour savoir s'il pourrait travailler librement et sereinement avec ce directeur adjoint. Dans le cas contraire, il partirait à l'étranger.

Source: France 3

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche