Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 10:34

Mouvement. Depuis hier, minuit, les personnels du CHU-Hôpitaux de Rouen sont appelés à faire grève par leur intersyndicale. Ils dénoncent une dégradation des conditions de travail aux urgences.

«Souffrance », « épuisement moral », « mal-être au travail », dans le document qu’ils ont transmis à la direction du CHU-Hôpitaux de Rouen, les personnels des urgences ne mâchent pas leurs mots. En grève à l’appel de l’intersyndicale (FO, CGT, CFDT, Sud et CFTC), ils dénoncent principalement une dégradation de leurs conditions de travail. Principal problème : l’accroissement permanent du flux des patients dans le service des urgences adultes. « Entre 200 et 250 personnes passent chaque jour aux urgences adultes », explique Philippe Vasselin, délégué FO. « Cela entraîne des conditions de travail difficile, la présence de patients - et des familles - dans les couloirs, en attendant d’être transférés dans les services adéquats, faute de lits suffisants. Il faut souvent attendre le début d’après-midi pour que des places se libèrent... ».

Les personnels en grève sont assignés

En attendant, les personnels doivent souvent faire face à des familles qui, dans l’attente ou dans la douleur, comprennent mal le manque de disponibilité des médecins, des infirmiers ou des aides-soignants. « Manque d’intimité, problèmes liés à la non-confidentialité des propos tenus par les médecins en raison de la promiscuité des lits », le document remis à la direction mentionne aussi « des familles qui - comme elles ne sont pas renseignées - donnent à manger ou à boire à des personnes qui doivent rester à jeun ». Sans compter les délais d’attente qui s’allongent parfois immodérément, au grand dam des patients.

« C’est la première fois que nous vivons une telle situation de mal-être qui nécessite que l’on vous alarme sur la santé mentale et physique de l’équipe », déplorent les équipes des urgences, qui dénoncent aussi des locaux inadaptés ou encore le manque de matériel pour travailler ou du matériel inadapté pour la prise en charge des patients. Les salariés soulignent qu’ils « ne peuvent plus accepter de travailler dans de telles conditions, car elles impactent la qualité des soins prodigués aux patients et la sécurité et la responsabilité du soignant ».

Pour le représentant du syndicat FO, « il faut une réorganisation du travail en aval des urgences. Le personnel aimerait, par exemple, voir se créer une « zone tampon » qui pourrait accueillir les patients des urgences qui nécessitent des examens complémentaires » pendant 48 h maximum avant hospitalisation. Des discussions sont d’ores et déjà en cours, mais plusieurs difficultés se posent : « trouver des locaux pour ce nouveau service » et réussir à le dimensionner pour une bonne efficacité.

Les personnels (sauf les médecins) étant « assignés » - ils portent un brassard pour prévenir les patients et leur famille qu’ils sont ne grève, mais continuent à travailler - la gêne ne devrait pas être trop ressentie par les patients dans le service. Le mot d’ordre de grève est illimité.

Source: paris-normandie.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche