Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 09:41

Journée Internationale des Infirmières : la profession, esclave, est en deuil !


 

La profession, esclave, est en deuil !

Comme chaque année, le Conseil International des Infirmières (CII) dont le siège est confortablement installé à Genève, met en avant la Journée Internationale des Infirmières, en mémoire à Florence Nightingale. Comme chaque année, un thème est choisi et diffusé – urbi et orbi – aux infirmières de la planète. Ce 12 mai 2015, le CII a donné pour consigne générique : « Les infirmières, une force pour le changement : des soins efficaces et rentables ».

Cette journée des infirmières rencontre peu d’écho en France. Récemment, RESILIENCE a eu à cœur de remettre – à sa juste place - la présidente anglo-saxonne du CII, suite à son ingérence intolérable et inadmissible dans les affaires internes de la profession infirmière française, au sujet de la suppression de l’ordre éponyme, votée par les députés le 09 avril dernier.

Le thème retenu pour 2015 est donc plus que jamais d’actualité puisque les mots clefs « infirmières », « changement » « soins » « rentables » ne pouvaient tomber mieux, en cette période de disette financière qui fait des infirmières françaises, les incontestables reines mondiales de la rentabilité du soin, suite aux multiples changements qui nous sont imposés depuis 2010, par les gouvernements de  droite et de gauche. 

A ceux, autistes, qui nous répondront immanquablement qu’un ordre infirmier fort pourrait changer les choses, nous rétorquerons aussi imperturbablement que les prérogatives d’un ordre professionnel ne comportent pas ces aspects et se limitent à des rôles de police et de registre de la profession, ce que l’ordre français fait d’ailleurs très bien depuis 2008, puisqu’il ne sait faire que cela en harcelant les infirmières pour les faire cotiser et en demandant aux CPAM de déconventionner les récalcitrantes libérales, afin de faire payer les dettes de l’ordre par celles qui se lèvent à 5 heures quand d’autres sont planqués derrière leur écran au siège parisien de l’oni. Heureusement les députés ont eu la sagesse de nous en débarrasser récemment, gageons que les sénateurs dans la même sagesse, en feront bientôt autant. 

Les infirmières esclaves, avec ou sans ordre, sont toujours très appréciées de la population avec les pompiers, en tête de liste. Presque toutes les infirmières se plaignent – à très juste titre – de leurs conditions déplorables d’exercice que ce soit en public, en privé ou en libéral, pas pour les mêmes raisons. Mais peu descendent dans la rue, beaucoup étant réquisitionnées en service ou en libéral, pour manifester leurs mécontentements, notamment salariaux. Il est d’ailleurs à remarquer que c’est de la Suisse où les infirmières sont les mieux payées au monde, ou presque, que « les mots d’ordre mondiaux » sont envoyées aux infirmières esclaves de tous les autres pays. Suisse où il n’existe pas d’ordre infirmier, pour la toute petite histoire. 

Aussi, nous appelons les infirmières et les infirmiers de France à porter un brassard noir sur leur tenue blanche pour faire de cette journée internationale des infirmières, une journée nationale infirmière de deuil, eut égard à l’enterrement de première classe que les différents gouvernants depuis plus de 20 ans organisent - en permanence – à l’encontre de la profession infirmière.

In memoriam :

Apparition d’un ordre infirmier, devenu un gouffre financier ayant livré – clefs en mains – la profession infirmière aux banquiers et aux assureurs, ordre bientôt présidé par un retraité !

Enterrement de la profession infirmière libérale au profit des structures de soins dirigées par des médecins don la prime annuelle 2014 a été de 6200 euros : rien pour les IDEL !

Perte de la pénibilité, depuis décembre 2010, pour les infirmières classées désormais en catégorie A, catégorie sédentaire !

Age de la retraite passé de 57 à 62 ans pour ces mêmes infirmières, en échange d’une pseudo licence infirmière dont les intéressées n’ont toujours pas vu la couleur !

Salaires bloqués depuis 2010 et jusqu’en 2017, les cotisations salariales, elles, ne connaissant pas de répit, une perte de pouvoir d’achat est donc constatée tous les ans !

Baisse du nombre de RTT qui sont désormais passés de 26 à 19 puis à 15 par an dans presque tous les hôpitaux !

Dé classification et suppression de postes infirmiers partout en France au profit de la seule rentabilité financière et au mépris de la sécurité des soins, des patients et des personnels !

Noyade de la formation initiale infirmière dans une nébuleuse universitaire ayant pour effet de produire toujours plus de jeunes diplômés, manque de temps et de moyens pour les professionnelles – dans les services – pour encadrer et former les étudiants en soins infirmiers, futurs chômeurs !

Disparition progressive de la formation permanente  au profit du DPC non financé !

Nivellement par le bas de la chaîne des soins en imposant aux infirmières des actes médicaux non rentables et en déléguant des actes infirmiers à d’autres professionnelles non formées !

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche