Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 10:14

Selon la CGT, le centre hospitalier de Mâcon va perdre 80 lits d’ici la fin d’année. Un nombre qui n’a pas été confirmé par la direction, qui préfère parler « de virage vers l’ambulatoire ».

Jeudi, une partie des salariés du centre hospitalier de Mâcon était en grève. Dans le viseur des agents hospitaliers : la suppression de 80 lits d’hospitalisation d’ici la fin d’année au centre hospitalier de Mâcon. « Pour les usagers, il s’agit d’un obstacle supplémentaire pour l’accès aux soins et en particulier aux services publics de santé », protestent les représentants syndicaux de la CGT.

Des mesures supplémentaires de rigueur qui ont du mal à passer. Depuis plusieurs mois, la notion d’optimisation financière génère un « climat tendu » au sein de l’établissement. « Sans compter que l’hôpital est plein tous les jours », souffle un agent du centre hospitalier de Mâcon. « En hiver, lors des périodes de grippe, les patients sont dans les couloirs », déplore un autre salarié.

Sur les 80 suppressions de lits, le directeur de l’hôpital est formel. « C’est totalement faux », scande Laurent Flot-Arnould, même si d’autres agents ont confirmé ce nombre au JSL. « Rien n’a été arrêté pour la fin d’année, complète le directeur, avant d’ajouter. Nous sommes dans un projet à long terme de développement de l’hôpital, et notamment de la chirurgie ambulatoire. »

« Le virage de l’ambulatoire », ajoute même le directeur. Un mode de prise en charge soutenu par le ministère de la Santé, qui permet de raccourcir la durée d’hospitalisation. « Une source d’économies importantes pour les hôpitaux », reconnaît Laurent Flot-Arnould. Le patient arrive le matin pour être opéré le jour même et ressortir le soir. D’où une diminution progressive du nombre de lit. « Aujourd’hui, les techniques médicales et chirurgicales permettent aux patients de rentrer chez eux le soir », commente le directeur, qui entend également développer le service d’hospitalisation à domicile.

Une mesure qui peut satisfaire une catégorie de la population, pas franchement emballée à l’idée de passer plusieurs jours à l’hôpital. Mais pour les personnes les plus âgées, ou celles vivant seules, ce mode de prise en charge n’est pas toujours le bienvenu. « Je comprends les inquiétudes, rétorque le directeur. C’est pour cela que nous faisons de gros efforts pour bien préparer le retour à domicile. Notamment, en échangeant avec les proches du patient. »

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche