Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 08:27
Primes supprimées, absence de dialogue social : la fièvre monte au CHD

CGT et FO du CHD ont adressé une lettre à leur direction pour se plaindre d’un «manque de dialogue social» et de décisions allant à l’encontre du bien-être des salariés et patients

Les syndicats CGT Santé et action sociale et Force Ouvrière du CHD bouillent depuis des mois. La raison : «une dégradation du dialogue social avec la direction du CHD, indique Elisabeth Talbot, de la CGT. Depuis l’arrivée du nouveau directeur, on se heurte à un mur, à un cynisme poli. On nous informe des décisions sans en avoir débattu auparavant». La dernière en date, la suppression de la prime des aides-soignants et infirmiers contractuels. «La direction nous en a fait part lors du dernier Ce le 10 mars. Cette annonce faisait partie des questions diverses et nous a été présentée comme une information, sans aucune discussion au préalable, déplore Dominique Limouzin, délégué FO. Cette prime était versée depuis 40 ans et représente 10 % du salaire de ces contractuels dont le statut est déjà précaire». Dans le contexte économique actuel, les syndicats n’acceptent pas cette «économie».
Cet exemple, qui plus est, est «la goutte d’eau» qui fait déborder le vase déjà plein de colère. Depuis plusieurs mois, ces mêmes syndicats dénoncent le fonctionnement que l’on impose dans les Ehpad gérés par le CHD. «La direction a décidé de supprimer 10 % des effectifs dans les services et nous demande de revoir nos soins sanitaires, explique la déléguée CGT. Clairement, on nous demande de ne plus laver et lever les gens tous les jours». Une aberration pour les syndicats, et surtout les salariés «qui ont le sentiment de faire de la maltraitance, note Elizabeth Talbot. Dans certaines structures, c’est déjà le cas. Des gens sont levés un jour sur deux et, chose qui avait disparu, on voit revenir le problème des esquarres».

Lettre ouverte

Malgré ces alertes, les syndicats disent ne pas être entendus et consultés.
Vendredi dernier, ils ont mis noir sur blanc leur colère et leurs revendications dans une lettre ouverte adressée au directeur du CHD, principal visé dans cette «absence de dialogue», mais aussi à Cécile Courrèges, directrice générale de l’ARS des Pays de la Loire, et au président du conseil de surveillance du CHD Vendée, Antoine Chéreau. «Tous sont au courant, mais nous demandons une rencontre pour que nos revendications soient vraiment prises en compte», conclut Dominique Limouzin. Pour appuyer cette action épistolaire, les agents de l’Ehpad de Luçon se sont mis en grève mercredi.

La direction répond

Contacté, Yvon Richir, directeur du CHD, se dit «surpris par la forme, mais pas sur le fond». Et assure que «le dialogue existe. Les syndicats sont actifs au sein des instances représentatives et il y a aussi des commissions qui fonctionnent, que ce soit par exemple pour les plannings, les formations. Mais qui dit dialogue ne veut pas dire être d’accord sur tous les sujets.» Ainsi, sur la suppression des primes aux contractuels, Yvon Richir explique son obligation «à respecter un budget et à rentrer dans les clous de la règlementation. Il s’agissait là d’accords datant de plusieurs années dans le cadre des 35 heures et qui ne rentrent plus aujourd’hui dans la règlementation, insiste le directeur du CHD. Je comprends ce que ces deux syndicats affirment, mais je ne vois pas comment faire autrement».
Concernant les Ehpad, le retrait de 10 % des effectifs et la révision des soins, Yvon Richir comprend l’inquiétude, car «c’est une nouvelle organisation qui vient d’être mise en place et qui pourra avoir des ajustements si besoin. Ce que nous avons d’ailleurs fait sur certains Ehpad avec un renfort d’aides-soignants, les résidants étant de plus en plus âgés et dépendants. Mais je rappelle qu’un Ehpad est avant tout un lieu de vie. Ce n’est pas un hôpital. Nous avons eu trop tendance à mettre l’accent sur le sanitaire et pas assez sur la vie des résidants. Et rendre la vie des résidants agréable, c’est aussi du soin». Ce qui vient d’être fait avec des animations programmées le week-end dans les Ehpad, «ce qui n’était pas le cas avant.»

Partager cet article

Repost 0
Published by sud-chu-caen

Présentation

  • : Le blog de sud-chu-caen
  • Le blog de sud-chu-caen
  • : Site du syndicat SUD Santé du CHU de CAEN
  • Contact

Recherche